Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas rater de l'actualité économique de cette semaine 8
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Institutions #Politique
Denys Bédarride
mercredi 13 mai 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 13 Mai 2020 à 05:54

Découvrez le condensé de l’actualité économique de la région MENA cette semaine réalisé avec l’appui du Service Economique Régional de Beyrouth avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv).

 

L’actualité économique d’Israël

 Benyamin Netanyahou a annoncé de nouvelles mesures d’assouplissement : autorisation de se déplacer à plus de 100 mètres de son domicile, rendre visite à la famille, rassemblements jusqu’à 20 personnes à l’extérieur, réouverture des marchés, centres commerciaux et salles de sport

 

Il est prévu une reprise quasi-totale de l’activité incluant cinémas et restaurants d’ici le 14 juin. Ces mesures seront réévaluées si l’un des 3 critères suivants apparaît: 100 nouveaux cas de coronavirus par jour, un doublement des cas en 10 jours ou 250 cas graves.

 

Le nombre de touristes arrivant en Israel a été ramené de 1,57 M au cours des 4 premiers mois de 2019 à 786 300 au cours de ceux de 2020, soit une diminution proche de 50%. 600 visiteurs sont arrivés en Israël en avril 2020 contre 428 100 en avril 2019 (-99,9%).

 

Le trafic passager à l’aéroport Ben Gourion a été ramené de 347 500 personnes en avril 2019 à seulement 500 en avril 2020, soit une baisse de 100%.

 

Dans le contexte de la crise sanitaire, la compagnie israélienne ElAl prolonge l’arrêt de ses vols à l’exception des vols de rapatriements d’Israéliens et des cargos jusqu’au 30 mai. 

 

D’après le Bureau Central des Statistiques, le nombre d’emplois vacants a diminué, en données brutes, de 46% entre le mois de mars 2019 avec 97 553 et le mois de mars 2020 avec 52 646 emplois. 

 

D’après les chiffres publiés par le ministère des Finances, le solde budgétaire mensuel est passé d’un déficit de 14,2 Mds de NIS (3,7 Md$) au cours des quatre premiers mois de 2019 à un déficit de 28,3 Mds de NIS (8,1 Md$) au cours des quatre premiers mois de 2020. 

 

D’après les chiffres publiés par le ministère des Finances, les rentrées fiscales en avril 2020, quant à elles, étaient de 21,4% inférieures à celles d’avril 2019 en raison notamment des reports de charges liés au coronavirus

 

L’indice TA-35 qui regroupe les 35 capitalisations les plus importantes de la Bourse de Tel Aviv a gagné 2,31% de sa valeur cette semaine. Depuis le 1er janvier 2020, l’indice a enregistré une baisse de 16,18%. 

 

D’après le Bureau Central des Statistiques, le salaire mensuel moyen des employés israéliens s’établissait à 11 024 NIS soit environ 3130$ à la fin du mois de février 2020, en hausse de 3,7% sur un an. 

 

Calculé en données brutes, le montant des exportations de services a été ramené de 8,2 Mds$ au cours des deux premiers mois de 2019 à 8,1 Mds$ au cours des deux premiers mois de 2020, soit une baisse de 1,1%. 

 amman

L’actualité économique de Jordanie

 

D’après le gouverneur de la Banque Centrale, l’économie devrait redémarrer à partir du 3ème trimestre. Le déficit budgétaire devrait croitre de 1 Md de JOD (1,41 Md$) en 2020 soit 5% du PIB en raison de la chute des recettes touristiques et de la baisse des exportations

 

USAID vient de signer avec le Gouvernement trois accords économiques d’un montant de 340 M$. Cette aide fait partie de l’enveloppe 2019 de l’aide américaine ce qui porte le total de cette dernière en 2019 à 1,08 Md$ de dons, hors secteur de la défense. 

 

Le gouvernement vient d’accepter formellement le prêt de 400 M$ octroyé par le FMI. La Jordanie est en contact avec d’autres bailleurs pour soutenir son économie à la suite de la crise du COVID19

 

Depuis le 6 mai tous les secteurs économiques sont autorisés à reprendre la totalité de leurs activités sous réserve d’employer au moins 75% de Jordaniens. Ne sont pas concernés le système scolaire, instituts culturels, piscines, lieux de culte, cinémas et parcs publics

 

L’actualité économique du Liban

 

Le Premier Ministre a officiellement envoyé un courrier co-signé par le Ministre des Finances, demandant l’intervention du FMI. Les Autorités espèrent pouvoir obtenir un accès exceptionnel au programme de financement du Fonds

 

Les Autorités espèrent pouvoir obtenir un accès exceptionnel au programme de financement du Fonds ce qui permettrait au Liban de bénéficier jusqu’à 9 Mds$ sur les 28 Mds$ identifiés en termes de besoins de financements extérieurs d’ici 2024. 

 

D’après la Banque du Liban, le montant de ses avoirs bruts en devises a été ramené de 35,23 Mds$ le 31 mars à 34,44 Mds$ le 30 avril 2020. Ses « réserves disponibles » seraient inférieures à 3 Mds$. 

 

D’après le Ministère des Finances, le montant des transferts budgétaires à Electricité du Liban a été ramené de 1,62 Md$ (14,5% des dépenses primaires) à 1,37 Md$ (13,8% des dépenses primaires) soit une baisse de 15,4%.

 

Standards & Poor’s a maintenu la notation de la dette en devises à « SD/SD » et la perspective négative dont elle est assortie.

 

Pour tenter de limiter la dépréciation de la livre libanaise, la Banque du Liban a publié une circulaire plafonannt le taux de change sur le marché secondaire à 3200 LBP pour 1$. Un taux moins élevé que celui du marché noir qui atteint près de 4200 LBP pour 1$. 

 gaza

L’actualité économique de la Palestine

 

Les Autorités ont annoncé le prolongement de l’état d’urgence d’un mois, jusqu’au 5 juin, accompagné d’un allègement supplémentaires des restrictions en place. Plusieurs secteurs vont amorcer un retour à la normale progressif (banques, administration…)

 

Plusieurs secteurs vont amorcer un retour à la normale progressif (banques, administration, sites de construction autorisés, magasins d’habillement, coiffeurs). Le Ministère des Finances a confirmé le paiement de l’intégralité des salaires d’avril des fonctionnaires

 

Le Conseil des ministres a approuvé une réduction de 3,5% des prix de l’électricité pour la plupart des segments de consommation. 

 

Le Conseil des ministres a approuvé une augmentation des subventions aux achats des entreprises de distribution d’électricité palestiniennes à la compagnie israélienne d’électricité.

 

D’après le Ministère des Finances, les recettes totales du premier trimestre 2020 ont atteint 3,134 Mds NIS (827 M€), en augmentation de 98,1% par rapport au premier trimestre 2019.

 

L’actualité économique d’Egypte

 

Le Ministère du Plan et de la Réforme Economique vient de réviser sa prévision de croissance pour l’année 2020/21 de 3,5% à 2%. Cette prévision correspond à l’hypothèse du «scénario du pire», c’est-à-dire si la crise du Covid19 devait se prolonger au-delà de décembre.

 

D’après le Ministère des Finances, le déficit public a été ramené de 305 Mds d’EGP soit 4,9% du PIB au cours des huit premiers mois de 2018/2019 à 260 Mds d’EGP soit 4,9% du PIB au cours des huit premiers mois de 2019/2020.

 

Les avoirs extérieurs de la Banque Centrale ont été ramenés de 44,2 mds$ soit 7,5 mois d’importations de biens et services à la fin d’avril 2019 à 37 mds$ soit 7,3 mois d’importations de biens et services à la fin d’avril 2020. Ils ont diminué de 3 mds$ au mois d’avril.

 

Le montant des titres publics (T-Bills) détenus par les résidents étrangers a été ramené de 258 Mds d’EGP soit 19% du total fin mars 2019 à 149,3 Mds d’EGP soit 10% du total fin mars 2020. Il s’établissait à 310,6 Mds d’EGP (soit 20% du total) fin février 2020.

 

La dette extérieure est passée de 96,6 Mds$ (32% du PIB) à la fin décembre 2018 à 112,7 Mds$ (32% du PIB) à la fin décembre 2019. 90% de la dette extérieure est à long-terme et elle est détenue à 55% par le gouvernement, 25% par la Banque Centrale et 13% le secteur privé

 

Le Gouvernement a annoncé la prorogation de 15 jours soit jusqu’à la fin du Ramadan, à ce stade des mesures de restriction préventives prises dans le cadre de la lutte contre le Covid19.

 

Le Gouvernement a autorisé la réouverture progressive et sous conditions des hôtels pour le tourisme domestique. La réouverture pourra se faire à hauteur de 25% de leur capacité hôtelière entre le 15 et le 31 mai et à hauteur de 50% à compter du 1er juin.

 

L’Autorité du Canal de Suez a diminué ses droits de passage du 1er mai jusqu’au 30 juin, de 60 à 75% pour les porte-containers en provenance des Etats-Unis, de 17% pour ceux arrivant de la route nord européenne et de 6% pour ceux arrivant par l’Europe de l’Ouest.

 

L’indice Purchasing Manager’s Index est tombé à son plus bas niveau depuis qu’il est calculé (2011). Il s’est établi à 29,7 en avril après avoir été ramené à 44,2 en mars. Il est ainsi ramené de 49,4 au cours des 10 premiers mois de l’année 2018/19 à 46,1 pour 2019/20.

 

La Banque Centrale a émis des obligations en dollar américain pour un montant de 975 M$ en début de semaine. L’adjudication a été couverte à 122% et s’est conclue à un taux d’intérêt moyen de 3,495% contre 3,491% lors de la dernière adjudication similaire le 11/02.

 

D’après les chiffres publiés par la Banque Centrale, les avoirs extérieurs des banques commerciales sont redevenus négatifs au mois de mars, à hauteur de 54 Mds d’EGP soit 3,4 Mds$ alors qu’ils étaient encore positifs à hauteur de 123 Mds d’EGP en février soit 7,8 Mds$.

 

Fitch a placé sous « surveillance négative » Commercial International Bank pour ce qui concerne sa note de défaut émetteur à long terme, sa notation de viabilité et sa notation nationale et National Bank of Egypt pour ce qui concerne sa notation de viabilité.

 

Le bénéfice net dégagé par CIB qui est la première banque privée du pays a diminué de 9% entre le 1er trimestre 2019 et le 1er trimestre 2020 et de 27% entre le 4ème trimestre 2019 et le 1er trimestre 2020.

 

L’actualité économique de l’Irak

 

Le Parlement a voté la confiance au gouvernement de Mustapha Al Kazimi. 15 ministres (défense, intérieur, finances, planification, santé, enseignement supérieur, municipalités, transport, jeunesse, industrie, communications, travail, éducation) ont finalement été approuvés

 

Les exportations de pétrole brut ont été ramenées de 3,528 Mb/j au cours des 4 premiers mois de 2019 à 3,354 Mb/j au cours des 4 premiers mois de 2020, en tenant compte des estimations pour le mois d’avril 2020. Leur montant a été ramené de 26,3 Mds$ à 15,6 Mds$.

 

La Banque Mondiale révise à la baisse les perspectives irakiennes pour 2020. Le PIB se contracterait ainsi de 9,7% cette année, après une croissance de 4,4% en 2019. Le déficit atteindrait 29,6 % du PIB, après un

excédent de 1,3% en 2019.

tehran 

L’actualité économique de l’Iran

 

Le projet de loi portant réforme de la loi monétaire et bancaire, voté par le Majles, prévoit l’adoption d’une nouvelle unité monétaire nationale, le toman (IRT), qui aurait une valeur équivalente à 10 000 anciens rials (IRR) et à 100 nouveaux Qerans.

 

D’après la Banque centrale, le taux d’inflation à la production aurait été ramené de 23,8% à la fin avril 2019 à 20,9% à la fin avril 2020, soit une contraction de 2,9 points sur la période considérée. 

 

L’indice des prix à la production du secteur industriel serait passé de 382,4 à la fin de l’année 2018/2019 à 542,3 à la fin de l’année 2019/2020, soit une augmentation de 41,8% en glissement annuel.

 

L’indice des prix à la production du secteur des services serait passé de 328,5 à la fin du quatrième trimestre de l’année 2018/2019 à 412,6 à la fin du quatrième trimestre de l’année 2019/2020, soit une hausse de 25,6% en glissement annuel.

 

La valeur totale des échanges avec les principaux partenaires commerciaux du Proche et Moyen-Orient (EAU, Oman, Qatar, Koweït, Bahreïn, Irak, Syrie, Liban, Jordanie) aurait été ramenée de 23,5 Mds$ en 2018/2019 à 21,5 Mds$ en 2019/2020, soit une baisse de 8,5%. 

 

L’Irak (9 Mds$), les Emirats Arabes Unis (2,5 Mds$) et Oman (450 M$) seraient toujours les trois premiers clients de la République islamique, les E.A.U. (8,7 Mds$), Oman (167 M$) et l’Irak (131 M$) demeurant ses trois premiers fournisseurs en 2019/2020.

 

D’après le Ministère de l’Industrie, le stock total des investissements directs étrangers en Iran aurait été ramené de 1,1 Md$ en 2018/2019 à 854 M$ en 2019/2020, soit une baisse dans des proportions voisines de 22,5%.

 

Les importations chinoises de pétrole brut auraient été ramenées de 474 000 b/j en moyenne au cours du premier trimestre 2019 à 74 000 b/j en moyenne au cours du premier trimestre 2020, soit une diminution dans des proportions voisines de 84%.

 

Au mois de mars, le volume d’importations chinoises de brut iranien serait tombé à 60 000 b/j. Le volume d’importations chinoises de brut en provenance de Malaisie se serait établi à 373 000 b/j, soit un montant supérieur au volume total d’exportations de pétrole brut. 

 

La Compagnie nationale du Pétrole NIOC a organisé ses deux premières sessions de vente de pétrole brut depuis le 11 mars, via l’IRENEX. Un million de barils de brut «lourd» et un million de barils de brut «léger» auraient été proposés à un prix unitaire de 10,38$ et 11,78$

 

La Compagnie nationale pour la Distribution des Produits pétroliers NIOPDC a organisé 18 nouvelles sessions de vente d’essence via l’IRENEX. 302000 tonnes onshore ainsi que 4 551 000 barils offshore auraient été proposés à un prix moyen de 240,3$ la tonne et 19,7$ le baril

 

D’après le Centre national des Statistiques, l’indice des prix à la production pour le secteur minier serait passé de 349,9 à la fin 2018/2019 à 507,6 à la fin 2019/2020, soit une hausse dans des proportions voisines de 45,1% .

 

D’après le Centre national des Statistiques, l’indice des prix du secteur de l’extraction de charbon aurait connu la plus forte progression, passant de 352,2 à 719,9 entre 2018/2019 et 2019/2020, soit une hausse supérieure à 104% en glissement annuel.

 

D’après le Ministère de l’Industrie, des Mines et du Commerce, la production locale de véhicules automobiles aurait été ramenée de 892 000 unités à la fin de l’année 2018/2019 à 758 000 unités à la fin de l’année 2019/2020, soit une baisse de 15% en glissement annuel.

 

D’après l’Iran Airports Company, le trafic passagers des aéroports aurait été ramené de 51,6 M de personnes à la fin 2018/2019 à 49,3 M de personnes à la fin 2019/2020, soit une baisse de 4,5%. Sur la même période, le fret aérien aurait diminué de 5% à 491,7 tonnes. 

 

 

Source : Le Service Economique Régional de Beyrouth Ambassade de France au Liban avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *