Libye : Khalifa Haftar s’est autoproclamé le nouveau chef légitime du pays. Explications et enjeux 
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #Politique
Denys Bédarride
jeudi 14 mai 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 14 Mai 2020 à 07:28

Le Chef de l’Armée nationale libyenne (ANL), Khalifa Haftar s’est autoproclamé le nouveau chef légitime de la Libye et a annoncé « la fin de l’accord de Skhirat » signé en 2015 sous l’égide des Nations Unies.

Le maréchal Haftar s’est autoproclamé le nouveau chef légitime de la Libye, déclarant « accepter le mandat soumis par le peuple » pour gouverner le pays, lors d’un discours télévisé prononcé le 27 avril 2020. Le maréchal a également annoncé « la fin de l’accord de Skhirat », signé en 2015 sous l’égide des Nations Unies, dont est issu le gouvernement d’union nationale (GUN). 

Le Conseil présidentiel (CP) du GUN a condamné ce coup d’État, et a appelé les membres de la Chambre des représentants (CdR) à se joindre à leurs collègues de Tripoli pour entamer un dialogue constructif et parvenir à une solution par les urnes. 

Le Haut Conseil d’État a dénoncé un coup d’État du maréchal visant à couvrir sa défaite militaire à Tripoli. 

La communauté internationale a rapidement réagi : plusieurs pays ont affirmé que l’accord de Skhirat restait le seul cadre politique internationalement reconnu en Libye, et que les décisions unilatérales ne résoudraient pas la crise. 

Le discours du Maréchal Haftar s’oppose à celui de son ancien allié, Aguila Saleh, président de la CdR, qui a proposé le 23 avril 2020 une initiative politique fondée sur la restructuration de l’exécutif, dans le cadre de l’accord de Skhirat soit 8 mesures : 

– Chacune des 3 régions de la Libye doit choisir ses représentants au CP sous l’égide des Nations Unies ; 

– Le CP nomme un 1er ministre et ses députés représentant les 3 régions, pour former un gouvernement, présenté à la CdR pour un vote de confiance ; 

– Un comité d’experts et d’intellectuels est formé pour rédiger une Constitution, puis des élections présidentielles et parlementaires se tiendront ; 

– L’ANL contribuera à la sécurité du pays, et le nouveau CP assumera les fonctions de commandant en chef des forces armées durant cette phase ; 

– La CdR continue d’exercer son rôle d’autorité législative jusqu’à l’élection d’une nouvelle CdR ; 

– Le territoire d’où est issu le président du CP ne choisit pas le 1er ministre ; 

– Le président du CP et ses adjoints ne sont pas autorisés à se présenter lors des 1ères élections présidentielles ; 

– Les forces armées nomment le ministre de la Défense. 

Source : Service Économique Régional Tunisie-Libye // Economic Service Tunisia-Libya

Ambassade de France en Tunisie // French Embassy in Tunisia

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *