Maroc-France : Une découverte encore inconnue dans le domaine archéologique avec l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et le CNRS
#Actualite #BonsPlans #BuzzNews #CultureSport #EchangesMediterraneens #Institutions #MAROC
Denys Bédarride
lundi 15 juin 2020 Dernière mise à jour le Lundi 15 Juin 2020 à 07:24

Une équipe franco-marocaine, intégrant notamment des chercheurs et chercheuses de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, du CNRS et de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine de Rabat, vient de décrire un comportement technique jusqu’ici inconnu dans l’Acheuléen ancien africain.

Des petits galets en silex d’une longueur maximale de 6 cm ont été fracturés volontairement avec une technique particulière dite “bipolaire sur enclume” pour produire de petits éclats très allongés. Cette production en silex coexiste dans le site Acheuléen du niveau L1 de la carrière Thomas I à Casablanca (Maroc), daté vers un million d’années, avec une production d’objets en quartzite de grandes dimensions, dont de très nombreux bifaces.

L’étude, publiée le 8 juin dans la revue Scientific Reports, apporte des éléments importants sur la diversification techno-économique de l’Acheuléen ancien africain et montre toute la flexibilité du savoir-faire technique et les capacités d’innovation des hominines de la fin du Pléistocène inférieur face à leurs besoins.

Cette découverte a été réalisée par une équipe de chercheurs et chercheuses rattachés à plusieurs laboratoires, en particulier :

En France : les laboratoires “Archéologie des sociétés méditerranéennes” (Université Paul Valéry Montpellier 3 / CNRS) et “De la préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie” (CNRS / Université de Bordeaux / Ministère de la Culture)

Au Maroc : l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine de Raba

En Allemagne : l’Institut Max-Planck d’anthropologie évolutive.

Le programme de recherche franco-marocain Préhistoire de Casablanca est développé et soutenu conjointement par l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP) du Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports – Département de la Culture du Royaume du Maroc, par l’Université Paul Valéry de Montpellier et par le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères. Ce programme est également financé par le Department of Human Evolution du Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig (Allemagne) et par le LabEx Archimede (ANR-11-LABX-0032-01). Le programme a bénéficié du soutien de la Région Aquitaine et d’apports du Collège de France, du Muséum d’Histoire naturelle de Paris et de l’Université de Bordeaux.

Références de l’article scientifique

Dedicated core-on-anvil production of bladelet-like flakes in the Acheulean at Thomas Quarry I – L1 (Casablanca, Morocco). Rosalia Gallotti, Abderrahim Mohib, Paul Fernandes, Mohssine El Graoui, David Lefèvre, Jean-Paul Raynal, Scientific Reports, le 8 juin 2020 : www.nature.com/articles/s41598-020-65903-3

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *