Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas manquer de l'actualité économique de cette semaine 1
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Entreprises #Institutions #Politique
Denys Bédarride
jeudi 2 juillet 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 2 Juillet 2020 à 07:39

Découvrez le condensé de l’actualité économique de la région MENA cette semaine réalisé avec l’appui du Service Economique Régional de Beyrouth Ambassade de France au Liban avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv).

 

L’actualité de l’Egypte

 

Le FMI a de nouveau révisé ses prévisions de croissance en volume du PIB pour les années fiscales 2019/2020 et 2020/2021 (fin d’exercice au 30 juin) : la prévision pour 2020 reste à 2% tandis que celle pour l’année prochaine est ramenée de 2,8% à 2%.

 

Selon les estimations du Ministère des Finances, le taux de croissance au terme de l’exercice fiscal en cours s’établirait à 3,5%, contre une hypothèse de 6% inscrite au Budget de l’Etat l’année dernière. La prévision du ministère pour l’exercice 2020/2021 est de 5%.

 

A l’issue de la réunion de son comité de politique monétaire le 25 juin, la Banque Centrale a décidé de maintenir ses taux directeurs inchangés. Les taux de rémunération des dépôts et de refinancement restent à 9,25% et 10,25% respectivement et le taux d’escompte à 9,75%

 

Selon l’agence Business, le taux d’intérêt réel (ajusté de l’inflation) en Egypte est actuellement de 4,5%, soit le 2e plus élevé du monde, derrière la Malaisie, et devant la Thaïlande et le Mexique.

 

D’après UNCTAD, l’Egypte confirme sa place de premier pays bénéficiaire de flux d’IDE sur le continent africain en 2019 avec 9 Mds$ (+11% en g.a. soit 20% du total continental) soit 3% du PIB. Ce montant est constitué à 41% de bénéfices réinvestis.

 

Les autorités ont annoncé la levée du couvre-feu en vigueur depuis le 25 mars le 27 juin. Les restaurants, cafés, cinémas et théâtres sont autorisés à opérer à 25% de leurs capacités d’accueil et les hôtels à 50%. Les commerces sont autorisés à ouvrir jusqu’à 21h.

 

 

L’actualité d’Israël

 

 

L’indice TA-35 qui regroupe les 35 capitalisations les plus importantes de la Bourse de Tel Aviv a perdu 2,9% de sa valeur cette semaine. L’indice enregistre une contraction de 4,6% depuis le 1er juin et de 19,1% depuis le 1er janvier.

 

Le Purchasing Manager Index (PMI), qui mesure la performance du secteur industriel, a légèrement diminué en mai à 38,5 points, après 39,3 points en avril et 34,6 points en mars.

 

D’après la Banque Centrale, la dette externe brute est passée de 97,2 Mds$ (26% du PIB) au T1 2019 à 104,7 Mds$ (26,1% du PIB) au T1 2020.

 

D’après le Labour Force Survey, le nombre d’employés n’ayant pas travaillé du tout au mois de mai s’élevait à 797 600, contre 1 530 000 en avril (-48%) Les restrictions liées au Covid 19 expliquaient la situation de 86% en d’entre eux en mai, contre 83% en avril.

 

D’après l’International Air Transport Association IATA, le nombre de passagers en provenance et à destination d’Israël devrait diminuer de 13 millions en 2020 et les revenus des compagnies aériennes baisser de 3,2 Mds$ du fait des restrictions d’entrée sur le territoire

 

L’impact des restrictions d’entrée sur le territoire, toujours interdit au non-israéliens, lesquels doivent observer une quatorzaine au retour, est estimé à 8,3 Mds$. Le secteur aérien représente 185 000 emplois et 5% du PIB.

 

2 projets de loi visant à légaliser la vente et l’achat de marijuana pour un usage personnel pour les personnes âgées de plus de 21 ans dans les magasins autorisés, la culture privée demeurerait interdite ont passé le 25 juin leurs lectures préliminaires à la Knesset

 

Le gouvernement de coalition s’est unanimement prononcé en faveur du projet de loi qui habiliterait les services secrets intérieurs israéliens (le Shin Bet) à tracer les déplacements des israéliens, dans le cadre de la lutte contre la deuxième vague de COVID19.

 

D’après le Bureau Central de Statistiques, le montant total des nouveaux emprunts immobiliers souscrits en Israël au mois de mai s’élevait à 5,2 Mds de NIS (1,3 Md€). 

 

Grâce à la possibilité offerte début mai par la Banque centrale israélienne de reporter de 6 mois sans plafonnement de montant le remboursement d’échéances de crédit immobiliers, 25% des remboursements échus ont été repoussées (94,4 M de NIS sur un total de 380 M de NIS)

 

Un collectif d’investisseurs mené par l’ancien pilote Koby Brot a fait une offre de 90 M de NIS (23 M€) au groupe IDB Development pour le rachat de la compagnie aérienne Israir.

 

Israel: D’après le SIBAT, le département en charge de l’export de biens militaires au Ministère de la Défense, les exportations de biens militaires se sont élevées à 7,2 Mds$ en 2019. Israël compterait parmi les 10 premiers pays exportateurs militaires au monde.

 

tel aviv

L’actualité de la Jordanie

 

La dette publique s’est établit à 31,4 Md de JOD soit 101,7% du PIB, au cours des quatre premiers mois de l‘année 2020, en hausse de 1,3 Md de JOD (1,8 Md$ ; +4,38%) sur un an.

 

Le Premier Ministre a annoncé que les revenus du gouvernement avaient baissé de 550 M de JOD soit 776 M$ au cours des quatre premiers mois de l’année 2020.

 

L’indice des prix à la consommation aurait progressé de 1,2% au cours des 5 premiers mois de 2020. Le même indice aurait baissé de 1,22% entre mai 2019 et mai 2020. Cette évolution négative au cours du mois de mai 2020 est imputable à la baisse des prix des carburants

 

Les deux principaux postes de contribution au PIB du Royaume ont connu une diminution sensible au cours du premier trimestre de 2020. Les recettes du tourisme ont atteint 786 M de JOD (1,1 Md$) au T1 2020, en baisse de 36,6% sur un an.

 

Les recettes du tourisme ont atteint 786 M de JOD (1,1 Md$) au T1 2020, en baisse de 36,6% sur un an. Quant au rapatriement d’argent des jordaniens de l’étranger, ils ont atteint 800 M de JOD (1,13 Md$), en baisse de 5,9% sur un an.

 

L’actualité du Liban

 

D’après les dernières estimations de Fitch, la contraction du PIB devrait atteindre -10,6% en 2020, contre -3,9% pour leur précédent calcul et -2,8% en 2021, contre +1,3% initialement prévu.

 

La situation est toujours aussi préoccupante. 50% de la population vit aujourd’hui sous le seuil de pauvreté, la monnaie nationale s’est écroulée, les restrictions sur les retraits bancaires sont draconiennes et la dette de l’Etat est de 170% du PIB soit 92 millions de $

 

Calculée en glissement annuel par l’Administration Centrale des Statistiques, l’inflation s’établissait à 56,5% à la fin mai 2020, la plus forte hausse depuis décembre 2008. Calculée en moyenne, l’inflation était de 28,6% sur les cinq premiers mois de 2020.

 

La dépréciation de la livre libanaise atteint chaque jour de nouveaux records. Elle s’échangeait le 26 juin jusqu’à 7000 LBP pour 1$ à l’achat et 7300 LBP pour 1$ à la vente sur le marché noir. Les changeurs continuent de proposer d’acheter les $ entre 3900 et 4000 LBP/1$

 

Le déficit de la balance commerciale a été ramené de 5,184 Mds$ au cours des 4 premiers mois de 2019 à 2,591 Mds$ au cours des 4 premiers mois de 2020, soit une baisse de 50% sur un an. Les importations ont été ramenées de 6,306 Mds$ à 3,676 Mds$ sur la même période (-42%)

 

Le déficit de la balance commerciale a été ramené de 5,184 Mds$ au cours des 4 premiers mois de 2019 à 2,591 Mds$ au cours des 4 premiers mois de 2020, soit une baisse de 50% sur un an. Les exportations ont été ramenées de 1,122 Md$ à 1,085 M$ dans le même temps (-3%).

 

Considéré comme une valeur refuge en cette période de crise économique et financière et de défiance vis-à-vis du secteur bancaire, le secteur de l’immobilier continue d’afficher des performances positives. 

 

Si le nombre des transactions immobilières a très légèrement diminué (-0,8%) entre les cinq premiers mois de 2019 et les cinq premiers mois de 2020, leur montant à quant à lui augmenté de 52,5% sur la même période, passant de 2,438 Mds$ à 3,719 Mds$.

 

D’après l’Association des Banques Libanaises (ABL), le nombre et le montant des chèques compensés (cleared checks) ont respectivement été diminués de 41,5% et de 7,8% entre les cinq premiers mois de l’année 2019 et les cinq premiers mois de l’année 2020.

 

Le nombre des touristes a été ramené de 375 815 au cours du premier trimestre de l’année 2019 à 194 395 au cours du premier trimestre de l’année 2020, soit une baisse de 48,3% sur un an. #Tourisme

 

D’après le rapport de Green Peace «toxic air : the price of fossil fuels », qui porte sur l’impact de la pollution atmosphérique sur la santé et l’économie en 2018, le nombre de décès liés à la pollution s’éleverait à 2700 par an, soit un taux de 4 sur 10 000 habitants.

 

D’après Green Peace, le nombre de décès liés à la pollution s’éleverait à 2700 par an, soit un taux de 4 sur 10 000 habitants. C’est le plus élevé de toute la région ANMO, devant l’Egypte (3 sur 10 000). Le coût économique est estimé à 1,4 Md$ par an soit 2% du PIB.

liban

L’actualité de la Palestine

 

Le nombre de cas de personnes infectées par le COVID19 a quasiment doublé en une semaine dans les Territoires palestiniens, principalement en Cisjordanie et en particulier dans le Gouvernorat d’Hébron. Le gouvernement a décidé de refermer les salles de mariage.

 

Le niveau de la dette publique est passé de 9 461,9M NIS (2 614,6 M$) à la fin mai 2019 à 10 338,8 M NIS (2 946,8 M$) à la fin mai 2020. La dette domestique est passée de 1 583,5 M$ à 1 656,9 M$, tandis que la dette extérieure passait de 1 031,1 M$ à 1 289,9 M$.

 

Selon le Palestinian Central Bureau of Statistics (PCBS) et la Palestine Monetary Authority (PMA), les actifs palestiniens à l’étranger s’élèvent à 7,253 M $ soit +6% par rapport au 1er trimestre 2019.

 

Selon le Palestinian Central Bureau of Statistics (PCBS) et la Palestine Monetary Authority, le stock des investissements étrangers ne représente que 4,23% (311 M$) des actifs palestiniens à l’étranger, un niveau légèrement inférieur à celui de début 2019 soit 351 M$

 

Les investissements étrangers en Palestine s’élèvent à 5,490 M $, en augmentation de 7,29% par rapport à 2019 (5,117 M $), dont 2,738 M $ d’investissements directs étrangers contre 2,739 M $ au 1er trimestre 2019.

 

Le Commissaire général de l’UNRWA, Philippe LAZZARINI, a déclaré que le déficit de financement de base de l’UNWRA pour 2020 s’élèverait à 400 M$. L’UNRWA a réussi à obtenir une promesse de dons de 130 M$ de la part des bailleurs et ONG pour continuer ses activités.

 

L’actualité de l’Irak

 

Le Parlement a approuvé le 24 juin la loi autorisant le ministère des Finances à recourir à des emprunts domestiques et étrangers au cas par cas, avec des limites de 15 Tr d’IQD et de 5 Mds USD. Les emprunts domestiques sont destinés à couvrir les dépenses de l’Etat.

teheran

L’actualité de l’Iran

 

D’après le Centre national des Statistiques, le taux d’inflation calculé en glissement annuel, s’établit à 22,5% au mois de juin 2020. Calculé en moyenne annuelle, il s’établit à 27,8% sur les douze derniers mois.

 

Signe des temps, la parité USD/IRR sur le marché libre, après avoir atteint un plus bas historique à 200 000 IRR pour 1$ en milieu de semaine, reste à des niveaux proches de 196 000 IRR pour 1$. Le prix moyen de la pièce d’or aurait atteint 87 MIRR, un nouveau record absolu

 

D’après la Banque Centrale, le montant total de la dette extérieure aurait été ramené de 9 339 M$ à la fin de l’année 2018/2019 à 9 031 M$ à la fin de l’année 2019/2020, soit une contraction proche de 3,3% en glissement annuel.

 

D’après la Banque Centrale, le montant total de la dette du secteur public auprès du système bancaire serait passé de 3 325,5 trillions IRR dont 91,5% correspondant à la dette du Gouvernement à la fin 2018/2019 à 4 006,7 trillions IRR à la fin 2019/2020, soit + 20,4%.

 

D’après la Banque Centrale, la masse monétaire serait passée de 18 828,9 trillions IRR à la fin 2018/2019 soit 158 Mds$ au taux moyen du marché libre sur la période dont 15,2% pour l’agrégat M1 à 24 721,5 trillions IRR soit 189,3 Mds$ à la fin 2019/2020 soit +31,3% .

 

D’après le Centre national des Statistiques, l’indice général des prix à l’exportation serait passé de 292,2 à la fin 2018/2019 à 528,4 à la fin 2019/2020, soit une hausse dans des proportions de 80,8%. L’indice général des prix à l’importation aurait augmenté de 240%.

 

La Compagnie nationale pour la Distribution des Produits pétroliers a organisé 14 nouvelles sessions de vente d’essence via l’IRENEX. 228000 tonnes «onshore» ainsi que 3540000 barils «offshore» auraient été proposés à un prix moyen de 302,78$ la tonne et 37,95$ le baril.

 

L’OFAC du département du Trésor américain a inscrit sur la liste des Specially-Designated Nationals and Blocked Persons (SDN List) et placé sous sanctions secondaires 9 nouvelles entités et 5 nouvelles personnes.

 

Depuis le 22 juin, IranAir assure une seconde desserte hebdomadaire vers Paris les lundis en plus du vendredi et pourrait ouvrir une seconde desserte hebdomadaire vers le Royaume-Uni à destination de Manchester à compter du 4 juillet en plus de celle de Londres.

 

IranAir est la seule compagnie desservant la France et le Royaume-Uni depuis Teheran après le retrait d’Air France et de British Airways en septembre 2018.

 

La production d’acier serait passé de 10,29 MT à la fin des cinq premiers mois de 2019 à 11,44 MT à la fin des cinq premiers mois de 2020, soit une augmentation de 11,1% en glissement annuel. L’Iran se situerait au 8ème rang mondial des producteurs d’acier.

 

 

Source : Ambassade de France au Liban et le Service Economique Régional de Beyrouth avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv).

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *