Méditerranée : L’économie sociale représente 3,2 millions d’entreprises et génère 15 millions d’emplois
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #EmploiFormation
Denys Bédarride
vendredi 3 juillet 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 3 Juillet 2020 à 15:23

L’Union pour la Méditerranée, la Commission européenne et les gouvernements nationaux se sont réunis pour promouvoir et développer le secteur de l’économie sociale en Méditerranée, en dialogue avec les principales organisations et parties prenantes

 

Le potentiel de création d’emplois par la promotion de l’économie sociale dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) et dans les Balkans reste largement inexploré. Pour en discuter, la conférence virtuelle de l’Union pour la Méditerranée (UpM) sur « L’économie sociale et la reprise post-pandémie » s’est tenue en partenariat avec la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH (GIZ) à la demande du Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement, et avec la Confédération espagnole des entreprises d’économie sociale (CEPES) et le soutien du Réseau euro-méditerranéen d’économie sociale (ESMED).

Cet événement s’inscrit dans le cadre du dialogue structuré et de l’engagement constant de l’UpM avec les principaux acteurs de l’économie sociale afin de libérer tout son potentiel et d’explorer son rôle dans la reprise post-pandémique.

Pour y parvenir, les participants ont insisté pour que l’économie sociale soit de plus en plus intégrée aux initiatives et programmes visant à renforcer le secteur privé dans la région MENA et les Balkans.

Ils ont souligné l’importance d’accroître le développement des compétences numériques au sein de l’économie sociale et dans les secteurs émergents et innovants conformément à l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Nicolas Schmit, Commissaire européen en charge de l’emploi et des droits sociaux, a déclaré : « Stimuler le potentiel de l’économie sociale pour créer des emplois et renforcer l’accès aux services sociaux et de soins aidera à se remettre de la crise avec une meilleure résilience sociale et économique. En soutenant le développement à long terme de l’économie sociale dans la région méditerranéenne, nous visons à travailler ensemble sur la base des valeurs de coopération, de solidarité et de responsabilité. »

ess

La Ministre marocaine du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, Nadia Fettah a déclaré : « Le Maroc travaille depuis de longues années sur le développement de l’économie sociale à travers une approche dynamique et multipartite qui inclut les acteurs privés et publics et qui favorise l’entrepreneuriat social»

Secrétaire d’État au Travail et à l’Économie sociale d’Espagne, Joaquín Pérez Rey : « L’Espagne peut parfaitement s’identifier à la promotion de l’économie sociale, étant un acteur clé et un promoteur de ce modèle»

Nasser Kamel, Secrétaire général de l’UpM, a souligné que : « L’économie sociale a la capacité de lutter contre les injustices et les inégalités socio-économiques qui ont été encore aggravées par la crise mondiale actuelle, et a un potentiel inexploité en offrant des alternatives aux générations futures. Dans cette optique, l’UpM continuera à promouvoir une coopération technique et financière accrue entre les entreprises de l’économie sociale des deux rives de la Méditerranée. »

Pour sa part, le président du CEPES, Juan Antonio Pedreño, a déclaré que « l’évènement de l’UpM d’aujourd’hui confirme que les entreprises et les organisations de l’économie sociale contribuent à la reprise économique et sociale, et surtout, l’économie sociale est également un levier pour une croissance durable et équitable en Méditerranée et pour construire un avenir meilleur pour les millions de personnes qui vivent au sud et au nord de la Méditerranée. »

Une plus grande coopération au niveau euro-méditerranéen contribue à accroître le nombre de personnes, notamment de jeunes, intéressées à relever le défi de créer leur propre entreprise fondée sur les valeurs de l’économie sociale. Les participants ont déclaré qu’à la lumière de l’urgence de la reprise, il est crucial de faciliter l’économie sociale par la mise en place d’instruments financiers pour les micros et petites et moyennes entreprises (MPME).

Les MPME représentent 80 à 90% du total des entreprises dans la plupart des pays de la région MENA, et 99% de l’ensemble des entreprises de l’UE.

L’échange d’expériences entre les réseaux nationaux contribue au développement et à la professionnalisation des petites et moyennes entreprises (PME) qui font partie de l’économie sociale, en les soutenant dans leurs adaptations aux nouvelles conditions du marché et aux innovations des différents secteurs.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *