Tunisie : Comment le gouvernement fait face aux conséquences de la crise du coronavirus ? Pour quelles solutions ?
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #TUNISIE
Denys Bédarride
vendredi 3 juillet 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 3 Juillet 2020 à 15:45

Le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, a estimé que la récession serait d’au moins -4,3% en 2020, et a exprimé la volonté de ne plus avoir recours à l’endettement extérieur. La Banque mondiale a approuvé un appui budgétaire de 175 M USD pour la Tunisie.

Alors que 1 132 cas de contamination au coronavirus et 50 décès ont été confirmés en Tunisie au 16 juin 2020 selon le ministère de la Santé, le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh a déclaré lors d’une interview le 14 juin 2020 que « la récession sera de -4,3% et il est probable que cela s’aggrave car la croissance ralentit aussi dans les pays avec lesquels nous traitons ».

L’Etat aurait dépensé a minima 550 M TND pour faire face à la crise du coronavirus.

Il convient cependant d’ajouter à cette somme les aides étatiques aux entreprises. Il a également indiqué s’opposer à un endettement extérieur supplémentaire, le justifiant ainsi : « nous avons bouclé nos besoins déjà programmés, dont nous avons reçu une partie et recevrons d’autres. Il n’est plus question d’en rajouter. Le pays est endetté à hauteur de 60% (NB : dette de l’Etat vis-à-vis de l’extérieur), il est hypothéqué à l’étranger et sa cotation est des plus faibles ».

Elyes Fakhfakh a indiqué que l’Etat doit rembourser 8 Mds TND à ses fournisseurs, dont 2,5 Mds TND cette année, et que son équipe ferait tout pour s’acquitter de la dette progressivement.

Il a annoncé que le gouvernement pourrait envisager une réduction des salaires publics :

« La gouvernance et la bonne gestion sont de rigueur ; si les caisses sociales restent dans la situation actuelle, les retraites ne pourront plus être payées dans leur totalité et les salaires du public seront réduits ».

Par ailleurs, le ministre des Finances Nizar Yaiche a déclaré le 13 juin 2020 que deux lois de finances complémentaires seraient probablement promulguées en 2020, et que la 1ère ne devrait pas contenir de nouvelles mesures fiscales, à l’exception du taux de 2% relatif au secteur bancaire et financier.

Il a déclaré que « L’Etat opte désormais, à partir de l’année prochaine pour la réduction de la pression fiscale. »

Le ministre a annoncé que la masse salariale a atteint actuellement 19 Mds TND, et a rappelé le nombre élevé des fonctionnaires dans le secteur public (630 000 employés). Enfin, il a déclaré qu’après l’évaluation des derniers emprunts contractés auprès du FMI, il a été convenu de lancer un autre programme plus conforme à la vision du nouveau gouvernement.

D’autre part, la présidence du gouvernement a annoncé le 12 mai 2020, que les Tunisiens revenus de l’étranger et les touristes entrant en Tunisie devront présenter un test PCR effectué dans le pays de départ, datant de moins de 72 heures avant le vol.

Afin de remédier aux retombées économiques de la crise sanitaire, la Banque mondiale a approuvé le 12 juin 2020 un appui budgétaire à la Tunisie de 175 M USD, qui s’inscrit dans le cadre d’un programme de soutien international coordonné compris entre 600 et 700 M USD en 2020 visant à aider la Tunisie à gérer la crise sanitaire.

Cette matrice comprend des contributions de la Banque mondiale, de la Banque de développement allemande (KfW), de l’Agence française de développement (AFD), de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et de la Banque africaine de développement (BAD).

 

Source : Ambassade de France en Tunisie, Service Économique Régional Tunisie-Libye | Economic Service Tunisia-Libya

Direction générale du Trésor | French Treasury

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *