L’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan n’ont pas encore trouvé d’accord concernant la mise en eau du grand barrage éthiopien sur le Nil
#Actualite #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #EGYPTE
Denys Bédarride
mardi 7 juillet 2020 Dernière mise à jour le Mardi 7 Juillet 2020 à 07:22

Le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage éthiopien sur le Nil, ne sera mis en eau que lorsqu’un accord sera trouvé entre les trois pays concernés, à savoir l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan.

Alors que l’Ethiopie souhaite lancer dès que possible la mise en eau de son gigantesque barrage sur le Nil, l’Egypte et le Soudan, qui seront impactés par la retenue des eaux, ont annoncé un accord entre les 3 parties. « Un accord final légalement contraignant et visant à prévenir toute action unilatérale, y compris la mise en eau du barrage, va être envoyé au Conseil de sécurité des Nations Unies afin qu’il y soit examiné lors de sa réunion de lundi », a annoncé la présidence égyptienne.

Le premier ministre soudanais Abdalla Hamdok a confirmé l’information : « la mise en eau du barrage sera reportée jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé » a-t-il déclaré.

L’accord a été conclu sous l’égide du Conseil exécutif de l’Union africaine. L’Ethiopie compte sur ce grand projet pour multiplier ses capacités de production électrique, mais l’Egypte et le Soudan craignent que ce barrage ne réduise leur accès à l’eau du fleuve, particulièrement pendant la période de remplissage. 

Source Agence Ecofin juin 2020 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *