Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas manquer de l'actualité économique de cette semaine 2
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #Institutions #Politique
Denys Bédarride
mercredi 8 juillet 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 8 Juillet 2020 à 06:26

Découvrez le condensé de l’actualité économique de la région MENA cette semaine réalisé avec l’appui du Service Economique Régional de Beyrouth Ambassade de France au Liban avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv).

L’actualité économique de l’Egypte

 

 

Le FMI a approuvé le 26 juin la demande d’un accord de confirmation de l’Égypte, d’une durée d’un an et assorti d’un prêt de 5,2 Mds $ en trois tranches. Un premier versement de 2 Mds$ devrait intervenir dans les prochains jours. Ce programme vient compléter l’assistance d’urgence (Rapid Financing Instrument) de 2,8 Mds$ accordée le mois dernier par le Fonds à l’Egypte.

 

L’indice EGX30 qui regroupe les 30 capitalisations les plus importantes de la Bourse du Caire a clôturé le 30 juin à 10 765 points, en baisse de 1,1% au terme de la semaine écoulée. L’indice a gagné 5,3% au mois de de juin, mais est à -22,9% par rapport à janvier.

 

Les 2 indices de la Bourse du Caire ont gagné respectivement 12,2% et 37,5% au cours du deuxième trimestre 2020 (Avril-Juin) tandis que la capitalisation de l’ensemble de la place est passée de 590 Mds d’EGP à 534,4 Mds d’EGP dans le même temps soit une hausse de 10,4%

 

Selon l’agence nationale des statistiques CAPMAS, le déficit commercial de l’Egypte a été ramené de 4,28 Mds$ en avril 2019 à 2,36 Mds$ en avril 2020, soit une baisse de 45%. La valeur des importations a été ramenée de 7 Mds$ à 4,19 Mds$, soit une baisse de 40%.

 

Selon l’agence nationale des statistiques CAPMAS, affectée par la chute des ventes d’hydrocarbures (-70%), la valeur des exportations a été ramenée de 2,72 Mds$ à 1,84 Md$, soit une baisse de 32% entre avril 2019 et avril 2020.

 

Après s’être dépréciée de 2,5% vis-à-vis du dollar en une semaine au début du mois, la Livre égyptienne est restée stable en juin sur le marché interbancaire (+0,6%). Selon la Banque Centrale égyptienne, le cours de la devise nationale était de 16,09 d’EGP pour 1$.

 

Selon l’agence Reuters, le Parlement a approuvé une allocation supplémentaire de 80 Mds d’EDG (5 Mds$) pour le Budget de l’année fiscale qui s’était terminée officiellement la veille. Ce montant doit permettre de financer partiellement des arriérés de paiements dus.

 

Le Budget de l’Etat pour l’année fiscale 2020/2021 ayant débuté ce 1er juillet a été ratifié : le montant des dépenses doit augmenter de 9% par rapport à l’exercice 2019/2020, à 1713 Mds d’EGP (25% du PIB), et celui des recettes de 14%, à 1289 Mds d’EGP (19% du PIB).

 

Le Ministère des Finances prévoit cette année encore un excédent primaire de 2%, tandis que les cibles de déficit et de dette publics sont maintenues à 6,3% et 83% du PIB respectivement.

 

Le Ministre des finances a indiqué que le gouvernement ne s’interdisait pas de voter une loi de finances rectificative à l’issue du premier trimestre de l’exercice (fin septembre), en fonction de l’évolution de la crise économique.

 

 

L’actualité économique d’ Israël

 

Calculé en données brutes, le montant des exportations de services a été ramené de 17,7 Mds$ au cours des quatre premiers mois de 2019 à 16,3 Mds$ au cours des quatre premiers mois de 2020, soit une baisse de 8,1%.

 

Calculée en données brutes, la croissance de l’indice mesurant la production manufacturière s’est contractée de 14,9% entre les quatre premiers mois de l’année 2019 et les quatre premiers mois de l’année 2020.

 

Les Autorités ont étendu l’interdiction d’entrée dans le pays aux personnes ne possédant pas de passeports israéliens, jusqu’au 1er août a minima. L’obligation de quarantaine des israéliens rentrés de l’étranger demeurera en vigueur jusqu’à cette date.

 

La compagnie ELAL a enregistré une perte nette de 140 M$ au T1 2020, après une perte de 55 M$ au T1 2019. El Al a pris la décision d’annuler l’ensemble de ses vols jusqu’à nouvel ordre y compris vols de rapatriement et cargo et a demandé le retour de ses avions en Israël

 

Le taux de chômage s’élevait à 21,2% fin juin, contre 27,5% fin avril et 3,9% fin février, selon la définition de l’Israel Employment Service qui prend en compte les personnes en congés sans solde.

 

Le gouvernement a décidé d’étendre jusqu’à la mi-août son dispositif d’assurance chômage (20 Mds de NIS sur les 80 Mds de NIS du plan de soutien à l’économie) ciblant les personnes placées en congés sans solde depuis le début de la crise du covid19.

 

D’après le Bureau Central de Statistiques, les dépenses par carte de crédit en mai ont rebondi de 45% par rapport à avril 2020 et de 0,8% par rapport à mai 2019. Le montant des dépenses par carte de crédit au cours des cinq premiers mois de 2020 ont baissé de 1,9%.

 

Les start-ups israéliennes auraient levé 4,7 Mds$ (dont 700 M$ en juin) au cours du premier semestre 2020 selon Start-up Nation Central, après 8,3 Mds$ levés sur l’ensemble de l’année 2019.

 

L’indice TA-35 (qui regroupe les 35 capitalisations les plus importantes de la Bourse de #TelAviv) a gagné 3,5% de sa valeur cette semaine. L’indice s’est contracté de 18,1% depuis le 1er janvier.

 

L’actualité économique de Jordanie

 

L’Office du Tourisme vient d’établir une liste de 10 pays dont les ressortissants pourraient être accueillis en Jordanie dès que l’aéroport sera rouvert. Cette sélection est basée sur le nombre de tests effectués dans ces pays (30 000 tests pour 1 million d’habitants)

 

La Banque mondiale vient d’octroyer une aide de 374 M$ pour apporter un soutien financier à 270 000 foyers, pauvres ou vulnérables, notamment ceux dont le revenu a été directement affecté par le Covid19.

 

Selon le Ministre du Plan, la Jordanie aurait finalisé les négociations pour une aide internationale globale de 1,6 Md$, susceptible d’être signée au cours des deux prochains mois. Cette annonce regroupe en fait les aides déjà annoncé par USAid, le FMI et la BM.

 

Le Ministère des finances et la Banque Centrale ont lancé une double émission d’Eurobonds le 30 juin, la première de 500M$ à 5 ans à un taux de 4,95%, la deuxième de 1,25 Md$ à 10 ans à un taux de 5,85%. Ces émissions semblent avoir été sursouscrite près de 4 fois.

 

L’actualité économique du Liban

 

D’après le dernier rapport trimestriel de Bloomberg, la contraction du PIB devrait atteindre -12% du PIB en 2020 (contre -3,2% précédemment estimé) et -2,5% du PIB en 2021.

 

D’après le bilan intérimaire de la Banque du Liban, le montant de ses avoirs bruts en devises a été ramené de 33,52 Mds$ le 31 mai 2020 à 32,96 Mds$ le 30 juin 2020. Ce montant s’établissait à 37,27 Mds le 31 décembre 2019, soit une baisse de près de 4,3 Mds$ en 6 mois.

 

La dépréciation de la livre libanaise se poursuit sur le marché. Sa valeur a été ramenée de 7000 LBP pour 1$ à l’achat et 7300 LBP pour 1$ à la vente le 26 juin à 9500 LBP pour 1$ à l’achat et 10 000 LBP pour 1$ à la vente le 3 juillet soit une perte de 36% en une semaine.

 

D’après le Ministère des Finances, le déficit public a augmenté de 26,8% entre les 4 premiers mois de 2019 (-1,380 Md$) et les 4 premiers mois de 2020 (-1,751 Md$). Sur cette période, les recettes ont été ramenées de 3,461 Mds$ à 3,144 Mds$ soit une baisse de -9,2%.

 

D’après le dernier rapport « Global Trends : forced displacements in 2019 » de l’UNHCR, le Liban se classe au 2ème rang des pays au monde, derrière l’île d’Aruba qui accueille le plus de réfugiés par habitant, soit un ratio de 1 réfugié pour 7 habitants.

 

D’après le dernier rapport « Global Trends : forced displacements in 2019 » de l’UNHCR, en valeur absolue, le Liban se classe au 7ème rang mondial avec plus de 916 156 réfugiés à la fin de l’année 2019.

 

D’après l’Administration Centrale des Statistiques, le nombre des touristes a été ramené de 692 704 au cours des cinq premiers mois de l’année 2019 à 197 465 au cours des cinq premiers mois de l’année 2020, soit une baisse de 71,5% sur un an.

 

D’après la Banque mondiale, le conflit syrien aurait entrainé une perte additionnelle de 1,7 points de croissance du PIB par an en moyenne au Liban entre 2011 et 2018 ainsi qu’une augmentation du taux de pauvreté de 7,1% entre 2011 et 2019.

L’actualité économique en Palestine

 

Face à la recrudescence du nombre de cas de Covid19, l’Autorité Palestinienne a décidé de boucler la Cisjordanie pendant cinq jours à partir du 3 juillet. Tous les gouvernorats de Cisjordanie, les villes et les villages seront bouclés pour une période de cinq jours

 

Le gouvernement a déclaré qu’il commencera à partir du 2 juillet à payer, avec une réduction significative, les salaires du mois de mai de ses fonctionnaires. Les fonctionnaires ne toucheront que 50% de leurs salaires, avec un plancher de 1750 shekels.

 

L’indice global des prix à la production (IPP) a atteint 93,25 en mai 2020, une baisse de 6,27% par rapport à mai 2019.

 

Le PIB se serait contracté de -3,4% entre le premier trimestre de 2019 et le premier trimestre de 2020. Cette baisse s’explique par la diminution de la consommation privée (-2,8%) et publique (-6,3%) et des investissements (-9,3%).

 

Le déficit du compte courant est passé de 306 M$ au premier trimestre 2019 à 349 M$ au premier trimestre 2020 (+14%), une hausse principalement imputable au déficit de la balance commerciale des biens qui est passé de 1,208 Md$ à 1,237 Md$ sur la même période (+2,4%)

 

L’actualité économique de l’Irak

 

Le PIB se serait contracté de 9,5% au premier trimestre 2020 par rapport au trimestre précédent. La valeur ajoutée du secteur de la production de pétrole brut se serait repliée de 2,8% tandis que celle du reste de l’économie de 20,1% sur la même période.

 

Les exportations de pétrole brut sont passées de 3,534 Mb/j au cours des six premiers mois de 2019 à 3,259 Mb/j en 2020. Leur montant a été ramené de 40,0 Mds$ à 20,6 Mds$. Le prix du baril exporté s’est établi à 34,8$ contre 62,6$ un an plus tôt.

 

L’actualité économique de l’Iran

 

La Banque centrale a organisé, sur le marché interbancaire et avec le concours de sa société de courtage, une cinquième séance d’émission de titres souverains (murabaha) par voie d’adjudication, à laquelle 8 banques et 7 institutions de crédit non-bancaires ont participé.

 

Le gouvernement a déjà dégagé 233 trillions IRR (1,17 Mds $) de recettes depuis le début du programme d’émission en mai 2020 et espère tirer 1 000 trillions IRR (5 Mds $) de ces ventes de titres obligataires sous l’égide de la Banque centrale.

 

D’après l’Administration générale des Douanes de la République populaire de Chine, la valeur totale des échanges de biens avec l’Iran aurait diminué de 41,3% entre la fin des cinq premiers mois de 2019 et la fin des cinq premiers mois de 2020 pour s’établir à 6,4 Mds$.

 

La production de pétrole brut est passée de 1,99 M b/j à 1,97 M b/j, retombant à son plus bas niveau depuis février 1987, au plus fort de la « tanker war ». Les exportations de pétrole ont été ramenées de 70 000 b/j en avril 2020 à 60 000 b/ en mai 2020, soit -14,3%.

 

D’après les données collationnées par EA Gibson, la capacité de stockage en mer de pétrole brut aurait été ramenée de 38 navires (31 VLCC et 7 Suezmax) à la fin du mois d’avril 2020 à 36 navires (30 VLCC et 6 Suezmax) à la fin du mois de mai 2020.

 

A la fin mai, mesurée en nombre de navires, la capacité de stockage en mer de pétrole brut de l’Iran représentait ainsi plus de 40% de la capacité de stockage en mer de pétrole brut mondiale utilisée, dont près de la moitié des VLCC (89 navires dont 63 VLCC et 26 Suezmax)

 

Le volume de pétrole brut stocké en mer serait passé de 69 M de barils à la fin du mois d’avril 2020 à 66 M de barils à la fin du mois de mai 2020, soit une baisse voisine de 4,3% en glissement mensuel.

 

Pour la première fois depuis le 6 mai 2020, la Compagnie nationale du pétrole a organisé deux nouvelles sessions de vente de pétrole brut. Un million de barils de brut lourd ainsi qu’un million de barils de brut léger auraient été proposés à un prix de 33,64$ et 32,64$.

 

La Compagnie nationale pour la distribution des produits pétroliers a organisé onze nouvelles sessions de vente d’essence. 193 000 tonnes « onshore » auraient été proposées à un prix moyen de 265,3$ la tonne. Aucun client ne se serait manifesté.

 

Les importations de pétrole brut de Chine seraient passées de 126 000 b/j en avril 2020 à 60 000 b/j en mai 2020, soit une baisse de 53,1%. Le volume d’importations chinoises de brut en provenance de Malaisie se serait établi à 240 000 b/j en mai 2019.

 

Le gazoduc Tabriz-Ankara, principale voie d’approvisionnement de la Turquie et gaz iranien et cible le 31 mars 2020 d’une attaque présumée par la branche armée du Parti des travailleurs du Kurdistan est à nouveau opérationnel et la Turquie a repris ses importations de gaz

 

L’Iran et la Turquie sont liées jusqu’en 2026 par un contrat d’approvisionnement à long terme, et la Turquie représentait en 2019 avec 7,7 Mds m3 d’importations de gaz naturel iranien 51,3% des exportations iraniennes de gaz naturel.

 

Le président Hassan Rouhani a inauguré le début de la construction de l’oléoduc Goureh–Jask. D’une longueur de 1100 km, celui-ci doit relier le terminal d’extraction de Goureh (champs pétroliers du Karoun occidental) au terminal d’exportation de Jask (province du Hormozgan)

 

 

Source : Ambassade de France au Liban, Service Economique Régional de Beyrouth avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv).

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *