Libye : La situation pétrolière reste toujours aussi périlleuse et instable
#Actualite #BuzzNews #Economie #Institutions
Denys Bédarride
vendredi 10 juillet 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 10 Juillet 2020 à 07:22

La National Oil Corporation (NOC) a exprimé son inquiétude face à la présence de mercenaires russes dans le champ de pétrole de Sharara, et a confirmé l’existence de négociations en cours pour lever le blocus pétrolier.

La NOC a annoncé le 21 juin 2020 que les pertes financières causées par la fermeture des installations pétrolières depuis janvier 2020 ont atteint 6,28 Mds USD le 30 juin 2020.

Par ailleurs, dans un communiqué le 26 juin 2020, la NOC a déclaré être « profondément préoccupée » par la présence de mercenaires russes et étrangers à l’intérieur du champ de pétrole de Sharara « dont l’objectif est d’empêcher la production de pétrole », après qu’un convoi de véhicules soit entré dans le champ le 25 juin 2020.

Enfin, la NOC a confirmé le 29 juin 2020 qu’il y a eu des négociations au cours des dernières semaines avec le GUN, la NOC et les pays régionaux, sous la supervision de l’ONU et des États-Unis, pour reprendre la production de pétrole.

Dans un communiqué le 1er juillet 2020, elle a précisé avoir donné des instructions le 20 juin 2020 à toutes les sociétés opérationnelles de commencer à préparer la reprise des opérations, à la lumière des négociations en cours.

La NOC a cependant indiqué que les inactions et les retards se poursuivent, et que la force majeure, initialement imposée le 18 janvier 2020, restera en place jusqu’à ce que le général de division Nagi al-Moghrabi, commandant de la Garde des sites pétroliers (Petroleum Facilities Guard – PFG) de l’Est nommé par Haftar, permette aux sociétés opérationnelles de reprendre leurs exportations.

Le communiqué précise que les revenus pétroliers continueront d’être déposés dans les mêmes comptes de la NOC.

Ces revenus seront conservés pendant une durée déterminée au cours de laquelle deux pistes parallèles seront lancées : une piste garantira la transparence financière, l’égalité des chances et la justice sociale entre tous les Libyens ; l’autre piste se concentrera sur la restructuration des dispositifs de sécurité pour protéger les installations pétrolières, de manière à ce qu’elles ne soient plus jamais utilisées comme cible militaire ou comme instrument de négociation politique.

Les perturbations des installations pétrolières auraient entraîné des pertes d’opportunités de vente atteignant 231 Mds USD depuis 2011.

Source : Ambassade de France en Tunisie, Service Économique Régional Tunisie-Libye | Economic Service Tunisia-Libya

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *