Maroc : La filière de production d’œufs de consommation traverse une période difficile en raison du coronavirus
#Actualite #BuzzNews #Economie #Entreprises #MAROC
Denys Bédarride
vendredi 10 juillet 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 10 Juillet 2020 à 15:12

Selon l’Association des producteurs (ANPO), le segment a connu une perte de 350 millions de dirhams (36,2 millions $) entre le 20 mars et le 30 juin dernier. La filière réalise annuellement un chiffre d’affaires de plus de 8 milliards de dirhams soit 827 millions $.

350 millions de dirhams (36,2 millions $). C’est la perte enregistrée par l’industrie des œufs au Maroc entre le 20 mars et le 30 juin dernier en raison des conséquences du coronavirus. C’est ce que rapporte le site marocain Medias24 qui cite une estimation de l’Association nationale des producteurs d’œufs de consommation (ANPO).

Cette situation découle notamment des difficultés de vente liées aux restrictions sur les transports et à la fermeture des points d’écoulement habituels comme les hôtels, les marchés et les restaurants. « Le transport était limité, ce qui a rendu difficile l’écoulement des marchandises. La seule solution qui se présentait était la baisse des prix, puisque les œufs ne peuvent pas être stockés », explique Khalid Zaime, vice-président et porte-parole de l’ANPO.

D’après le groupement, ce manque à gagner important s’ajoute à un contexte déjà délicat pour la filière qui fait face depuis 2019 à une baisse de la demande d’œufs alors que l’offre demeure abondante.

« Pour faire face à cette situation, nous avons besoin de subventions à l’export. De grands investissements ont été faits par les professionnels du secteur en réponse à la volonté du Roi Mohammed VI de s’ouvrir au continent africain. Mais nous n’arrivons pas à concurrencer l’Espagne, sauf quand les prix des œufs augmentent en Europe. Plusieurs producteurs risquent la faillite et d’autres pourraient arrêter leur activité. La situation risque de s’aggraver. Le Maroc pourrait de nouveau être contraint d’importer des œufs, comme en 2016, avec un prix supérieur et une qualité moindre. Nous avons donc besoin d’une intervention rapide », ajoute Khalid Zaime.

Globalement, la mauvaise passe du segment des œufs est un nouveau coup dur pour la chaîne de valeurs avicole au Maroc. Le mois dernier, l’Association des producteurs de viandes de volaille (APV) a fait état d’une perte de 1,5 milliard de dirhams (155 millions $) en raison du coronavirus.

Pour rappel, selon les données de l’ANPO, le Maroc a produit 6,6 milliards d’œufs en 2018. La filière réalise annuellement un chiffre d’affaires de plus de 8 milliards de dirhams (827 millions $).

Source Agence Ecofin juillet 2020

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *