Maroc : Pour Nasser Bourita, Ministre des Affaires Etrangères, la Chine doit être considérée comme un partenaire fiable et un équilibreur des relations dans le monde arabe
#Actualite #AvisDExperts #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #MAROC
Janos Fernandez
vendredi 10 juillet 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 10 Juillet 2020 à 15:09

Nasser Bourita, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger affirme que le Royaume chérifien considère la Chine comme médiateur crédible des principales questions arabes, et particulièrement sur la question palestinienne.

 

Lors de la neuvième session de la réunion ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe, tenue lundi 6 juillet, Nasser Bourita a affirmé que l’empire du milieu est partie intégrante du processus de paix de par son influence dans la zone. Pékin est un acteur de premier plan dans l’établissement d’une solution juste, durable et globale du conflit palestino-israélien, en accord avec le projet de l’établissement d’un État indépendant, viable et souverain avec Al-Qods-Est comme capitale.

Il a d’autre part déclaré que le Maroc considère également la Chine comme “un partenaire fiable”, rappelant dans ce contexte le solide partenariat stratégique qui lie le Royaume du Maroc à la République populaire de Chine.

Ce partenariat a notamment abouti à la signature en 2017 d’un protocole d’accord portant sur l’adhésion du Maroc à l’initiative chinoise «Une Ceinture, Une Route» qui a permis au Royaume d’occuper la deuxième place en termes d’investissements chinois en Afrique avec plus de 80 projets importants.

Nasser Bourita a souligné que la Chine est perçue comme un facteur central dans le processus de renforcement du partenariat avec les pays du Sud, en général, et les pays arabes, en particulier. “Notre aspiration aujourd’hui, 16 ans après le lancement de ce forum, est de passer du stade de consultation et de dialogue au stade de lancement de programmes et d’initiatives réels et tangibles qui soient en harmonie avec nos efforts visant à instaurer la paix, la sécurité et le développement pour notre peuple et pour notre région, conformément au principe gagnant-gagnant”, a-t-il soutenu.

Il espère voir le programme 2020-2022 former un cadre exécutif efficace pour les programmes de coopération sino-arabes, ajoutant que le renforcement de la collaboration arabo-chinoise constituera un support important à la politique de coopération que le monde arabe met en place depuis plusieurs décennies avec des organisations politiques et économiques.

Le ministre a exprimé son espoir de voir les relations avec la République populaire de Chine se développer davantage, poursuivant ainsi la volonté de Sa Majesté le Roi Mohammed VI de développer les transferts technologiques et humains et le développement durable à travers le rétablissement d’échanges au sein des composantes de l’Orient.

Le Royaume du Maroc, en accord avec son statut de trait d’union entre l’Afrique, l’Europe et le monde arabe, montre une volonté assumée de développer son rôle d’intermédiaire dans les relations sino-arabes et d’accélérer la coopération et les projets communs notamment dans l’économie, le commerce et la culture.

Cependant, cette accélération en devenir n’est à envisager que dans le cadre du respect de l’intégrité territoriale, de la souveraineté nationale et de la non-ingérence dans la politique intérieure, notions auxquelles tant Pékin que Rabat sont particulièrement attachées.

In fine, il reste à voir comment cette fraternité déclarée continuera à se développer, mais il est en tout cas certain que les déclarations de Nasser Bourita officialisant internationalement la mise en place de relations privilégiées entre le Royaume et la République populaire ont retenu l’attention des observateurs européens qui voient leur influence s’amoindrir dans le monde arabe et africain alors que la Chine investit massivement son capital financier et politique dans des territoires auparavant considérés comme chasse gardée des puissances du vieux monde

Quant au positionnement de la Chine comme médiateur dans le conflit israélo-palestinien, elle ne ferait qu’officialiser l’abandon de l’Europe comme intervenant d’importance, réduite à l’observation du match politique et diplomatique entre Etats-Unis et Chine. Boxe américaine contre kung-fu, la savate n’a plus vraiment son mot à dire…

 

Source : Royaume du Maroc, Ministère des Affaires Etrangères de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à L’Etranger

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *