L’Algérie veut accélérer ses réformes économiques et économiser 20 milliards de $
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #ALGERIE
Denys Bédarride
mardi 21 juillet 2020 Dernière mise à jour le Mardi 21 Juillet 2020 à 07:59

L’Algérie s’apprête à lancer et accélérer des réformes économiques dans les secteurs bancaire, fiscal et commercial du pays en tenant compte des contraintes liées au coronavirus et à la chute des cours du pétrole. Au total, les autorités espèrent économiser 20 milliards $ d’ici la fin de l’année.

 

L’Algérie envisage d’économiser 20 milliards $ d’ici fin 2020. C’est ce que rapporte l’APS, citant un communiqué du Conseil des ministres. D’après le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le gouvernement s’apprête à mettre en œuvre une série de réformes notamment dans les secteurs banquier, fiscal et commercial pour atteindre cet objectif.

Ainsi au cours des prochains mois, les actions gouvernementales viseront à accélérer la numérisation ainsi que la modernisation « des secteurs des impôts, du cadastre et des douanes » et à poursuivre le processus de mise en place de la finance islamique pour « dynamiser la collecte de l’épargne et créer de nouvelles sources de crédits ».

Il s’agit également de récupérer l’argent disponible dans le marché informel et le réintégrer dans le circuit officiel, et de récupérer dans les réserves d’or du pays « les fonds gelés depuis des décennies au niveau des douanes et des saisies, des ports et des aéroports » pour les intégrer aux réserves nationales.

Au niveau du secteur commercial, le gouvernement entend réduire le niveau des importations notamment les services et le transport maritime des marchandises pour préserver les réserves de change affectées par le double effet de la covid-19 et de la chute des cours du pétrole.

La pandémie qui a déjà touché au moins 19 206 personnes en Algérie continue de faire des ravages. Le pays anticipe une baisse de ses performances macroéconomiques cette année.

Au cours du premier trimestre 2020 par exemple, le déficit commercial a grimpé de 26% par rapport à la même période en 2019 tandis que les autorités s’attendent à voir le niveau des réserves de change passer de 51,6 milliards $ à 44,2 milliards $. Le gouvernement algérien a annoncé en mai que l’Etat réduirait désormais de moitié son budget de fonctionnement 2020.

Notons que d’après le ministre des Finances, Aïmen Benabderrahmane, le pays est prêt à injecter « immédiatement » pour l’investissement et la relance économique l’équivalent de 1000 milliards de dinars (7,7 milliards $) « auxquels s’ajoutent 10 milliards de dollars disponibles ».

Source Agence Ecofin juillet 2020

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *