Algérie : La part du secteur des hydrocarbures dans son économie va être réduite à 20%
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #ALGERIE
Denys Bédarride
lundi 27 juillet 2020 Dernière mise à jour le Lundi 27 Juillet 2020 à 09:21

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a annoncé l’intention de son gouvernement de réduire la part du secteur des hydrocarbures dans l’économie nationale à 20% d’ici fin 2021. De nouveaux investissements permettront d’accélérer la création de PME et de start-up innovantes. 

L’Algérie va mettre en œuvre un programme pour réduire la part des hydrocarbures dans l’économie nationale. C’est ce qu’a annoncé le 19 juillet 2020 le président Abdelmadjid Tebboune, lors d’une interview accordée à plusieurs médias locaux.

« La richesse des hydrocarbures est une bénédiction, mais l’absence de justice et la persistance de l’esprit de dépendance ont transformé cette bénédiction en malédiction […] Il est temps de convertir cette richesse en outil de développement », a déclaré le chef d’Etat au cours de son entretien.

Le nouveau programme vise à faire passer la part des hydrocarbures à 20% de l’économie nationale d’ici la fin de l’année 2021. Pour ce faire, les autorités veulent accélérer les investissements dans l’entrepreneuriat à travers l’aide à la création de petites et moyennes entreprises, de start-up innovantes et de microentreprises. Le secteur agricole devrait lui aussi bénéficier d’une attention particulière de la part du gouvernement.

Cette annonce intervient alors que la dépendance de l’économie algérienne aux exportations pétrolières a exposé le pays aux fluctuations des cours des matières premières ces dernières années. Selon les statistiques, le secteur des hydrocarbures compte pour près de 96% des recettes d’exportation de l’Etat.

« L’économie de la connaissance et de l’intelligence est la base, d’autant que l’Algérie est jusqu’à présent, vierge et recèle de grandes richesses non encore exploitées. Malheureusement, la mentalité rentière a gangrené l’économie nationale de longues décennies durant à un point où nous sommes arrivés à importer des vis ; ce qui est inacceptable », a déclaré le président Tebboune.

Et d’ajouter : « l’économie ne peut demeurer dépendante des hydrocarbures […]. Il est impératif de la libérer, de rechercher et d’explorer des ressources alternatives où la ressource humaine sera la base du véritable décollage de l’économie nationale ».

Source Agence Ecofin juillet 2020

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *