L’Egypte autorise l’intervention de son armée dans des missions de combat pour défendre sa sécurité
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Institutions #Politique
Denys Bédarride
lundi 27 juillet 2020 Dernière mise à jour le Lundi 27 Juillet 2020 à 09:19

Le parlement égyptien a autorisé le déploiement de troupes à l’extérieur du pays ; la France, l’Allemagne et l’Italie ont déclaré envisager un recours éventuel à des sanctions si les violations de l’embargo se poursuivent ; le président de la République française Emmanuel Macron a dénoncé la violation des souverainetés grecque et chypriote par la Turquie.

Le parlement égyptien a approuvé à l’unanimité le 20 juillet 2020 « le déploiement de membres des forces armées égyptiennes dans des missions de combat hors des frontières égyptiennes pour défendre la sécurité nationale égyptienne (…) contre les milices armées criminelles et les éléments terroristes étrangers », après que le président égyptien ait menacé d’une action militaire contre les forces soutenues par la Turquie en Libye.

Le porte-parole de la Chambre des représentants a déclaré que cette décision est « venue en faveur de leurs frères en Libye afin de maintenir la sécurité dans les deux pays ». Le ministre de l’Intérieur du Gouvernement d’union nationale (GUN), Fathi Bachagha, a estimé que la décision du parlement égyptien constitue une déclaration de guerre contre la Libye.

Par ailleurs, la France, l’Allemagne et l’Italie ont publié le 18 juillet 2020 un communiqué conjoint sur la Libye pour demander le cessez-le-feu et la fin de l’escalade militaire.

Dans ce communiqué, ils déclarent envisager un recours éventuel à des sanctions si les violations de l’embargo se poursuivent. D’autre part, le président de la République française Emmanuel Macron a dénoncé le 23 juillet 2020 la violation des souverainetés grecque et chypriote par la Turquie en Méditerranée orientale, en recevant à l’Élysée son homologue chypriote.

Les propos de Emmanuel Macron sont « nuls et non avenus » et la menace de sanctions que le président français a évoquée « n’aboutira à rien », selon le porte-parole du ministère des affaires étrangères turc.

Source : Ambassade de France en Tunisie, Service Économique Régional Tunisie-Libye | Economic Service Tunisia-Libya

Direction générale du Trésor | French Treasury

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *