#Covid19 #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #EGYPTE #IRAK #IRAN #ISRAEL #LIBAN
Denys Bédarride
mercredi 18 novembre 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 18 Novembre 2020 à 12:30

Découvrez le condensé de l’actualité économique de la région MENA cette semaine réalisé avec l’appui de l’ Ambassade de France au Liban, Service Economique Régional de Beyrouth avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv).

L’actualité économique de l’Egypte

Selon la Banque Mondiale la structure de l’activité économique a changé avec une augmentation graduelle de la part du secteur privé au cours des 15 dernières années (de 65,1% en 2004 à 69,2% en 2018). Elle ne s’est pas accompagnée de gains de la productivité du travail.

La croissance en volume du PIB pourrait s’établir à 3,3% au cours de 2020/2021, en oscillant entre 2,8 et 3,5%. Sa dernière intervention sur le sujet au mois de juin faisait état d’une prévision de croissance à 5%. Fitch Solutions prévoit une croissance de 3,3%. 

Calculée en glissement annuel, l’inflation urbaine s’établissait à 4,5% fin octobre contre 3,7% le mois dernier. Calculée en moyenne sur les dix premiers mois de l’année calendaire, elle a été ramenée 10,2% en 2019 à 5% en 2020.

S&P a maintenu à l’identique la note souveraine de l’Egypte (B). La perspective dont elle est assortie est « stable ».

L’actualité économique d’Israël

Le solde budgétaire est passé d’un déficit de 37,8 Mds NIS (11,2 Mds$) au cours des dix premiers mois de 2019 à un déficit de 122,7 Mds NIS (36,3 Mds$) au cours des dix premiers mois de 2020. Sur 12 mois, le déficit public atteint 10,1% du PIB contre 3,1% fin février.

Le montant des réserves de change de la Banque d’Israël est passé de 121,4 Mds$ à la fin octobre 2019 (32% du PIB) à 160,7 Mds$ (40% du PIB) à la fin octobre 2020. Ce montant demeure en légère baisse par rapport au record historique du mois d’août (161,7 Mds$).

Le déficit de la balance commerciale de biens a été ramené de 19,8 Mds$ au cours des dix premiers mois de 2019 à 15,8 Mds$ au cours des dix premiers mois de 2020, soit une baisse de 20,4%. Le montant des exportations a été ramené de 43 Mds$ à 40 Mds$, une baisse de 6,8%.

L’indice de confiance des consommateurs, compilé par la banque PoaliMarkeTweet et Kantar s’est établi à 110,8 pts en octobre après 109,8 pts en septembre.

Israël : Le Malawi devrait être le premier pays africain à ouvrir une ambassade à Jérusalem 1

L’actualité économique de Jordanie

Tourisme : D’après les prévisions de Colliers International, le taux d’occupation des hôtels pour l’année 2020 s’établira à 31% à Amman (-42% par rapport à 2019), et 41% à Aqaba (-31% par rapport à 2019).

La Banque centrale a étendu jusqu’à la fin de l’année 2021 le programme de soutien aux PME adopté en mars pour faire face à la crise sanitaire qui autorise un report des échéances de crédit.

D’après le Jordan Strategy Forum, les résultats nets des banques commerciales jordaniennes ont baissé de 52% en moyenne entre septembre 2019 et septembre 2020.

L’assemblée générale du fonds d’investissement jordano-saoudien a approuvé une augmentation du capital du fonds qui passe de 10 M$ à 140 M$.

D’après le Ministère du Plan et de la Coopération internationale, le « Jordan Response plan to the Syrian crisis » par lequel le gouvernement jordanien s’efforce de coordonner l’action des donateurs, est financé à 30,6% pour 2020 (soit 689 M$ sur 2,249 Mds$). 

L’indice de confiance des investisseurs est passé de 130,6 en juillet 2019 à 139 en juillet 2020 soit une augmentation de 8,4 points. Cette hausse est due à la performance du sous-indice de confiance dans le système monétaire, qui atteint son plus haut niveau en 4 ans.

L’actualité économique du Liban

Face à la hausse du nombre des cas quotidiens de contamination au COVID19 et au risque de saturation des hôpitaux, les Autorités ont annoncé un confinement de deux semaines à compter du samedi 14 novembre et jusqu’au 30 novembre.

D’après les chiffres publiés par la Banque du Liban, le déficit enregistré par la balance des paiements est passé de 5,955 Mds$ au cours des neuf premiers mois de l’année 2019 à 9,608 Mds$ au cours des neuf premiers mois de l’année 2020. 

Le déficit enregistré par la balance des paiements est de 9,608 Mds$ au cours des neuf premiers mois de 2020. Il s’agit du déficit le plus important jamais enregistré au cours des dix dernières années, encouragé par la baisse importante des réserves en devises étrangères.

La livre libanaise poursuit ses fluctuations sur le marché parallèle dans un contexte d’annonces parfois encourageantes sur la formation d’un Gouvernement et inversement de blocage politique. 

Après s’être appréciée pour atteindre 6400 LBP pour 1$ le 24 octobre (un niveau plus atteint depuis le 12 juillet) la livre libanaise s’échangeait à 7550 LBP/1$ le 12 novembre. Pour mémoire, le taux de change officiel en vigueur depuis 1997 est de 1507,5LBP/1$.

D’après les Banque du Liban (BdL), les livraisons de ciment ont diminué de 54,4% entre les huit premiers mois de l’année 2019 et les huit premiers mois de l’année 2020.

D’après la Banque du Liban, le total des actifs détenus par les banques commerciales a été ramené de 262,2 Mds$ à la fin du mois de septembre 2019 à 192,6 Mds$ à la fin du mois de septembre 2020, soit une baisse de 26,6% sur un an.

D’après la Banque du Liban, les dépôts du secteur privé ont été ramenés de 172,6 Mds$ à 142,2 Mds$ (-30,4 Mds$ sur un an). La dollarisation des dépôts du secteur privé atteint 80,3% du total à la fin du mois de septembre soit 114,1 Mds$.

Le coefficient d’occupation des hôtels (4 et 5 étoiles) sur les neuf premiers mois de 2020 a été de 13% à Beyrouth contre 73% un an plus tôt. Les dépenses touristiques ont diminué de 73% entre les neuf premiers mois de 2019 et les neuf premiers mois de 2020. 

Liban : Il va falloir encore attendre pour connaitre la formation du nouveau gouvernement

L’actualité économique de la Palestine

L’Indice des prix à la consommation a diminué de -0,71% entre le mois d’octobre 2020 et le mois d’octobre 2019. Calculée sur les dix premiers mois de 2020, l’indice des prix a diminué de 0,96% par rapport aux dix premiers mois de 2019.

Le niveau de la dette publique est passé de 10 150,4 M de NIS (2,915 Mds$) à la fin de septembre 2019 à 11 921,4 M de NIS (3,460 Mds$) à la fin de septembre 2020. La dette domestique est passée de 1,781 Md$ à 2,157 Mds$ et la dette extérieure à 1,303 Md$. 

Le déficit budgétaire est passé de 946,3 M de NIS sur les neuf premiers mois de 2019 à 1,157 Md de NIS sur les neuf premiers mois de 2020. Depuis le début de l’année, le soutien financier arabe au budget palestinien a diminué de 82,9% pour s’établir à 132,3 M de NIS.

L’actualité économique de l’Irak

Fitch Ratings estime que les réserves de la BCI, qui s’établissaient à 62 Mds$ à la fin 2019, seront de 42 Mds$ à la fin 2020, soit 8,5 mois d’importations en y ajoutant les réserves d’or (6 Mds$). 

Pour la fin de l’année 2021, Fitch Ratings prévoit que les réserves de la BCI s’établiront à 30 Mds$. Fitch Ratings confirme donc la notation souveraine B- à perspective négative pour l’Irak.

Le parlement irakien a approuvé la proposition de loi sur le financement du déficit pour les quatre derniers mois de 2020. La loi autorise le gouvernement à emprunter 12 Tln IQD (équivalent 10,15 Mds$) pour terminer l’exercice budgétaire 2020. 

L’actualité économique de l’Iran

La valeur totale des recettes fiscales s’établissait à 852 000 Mds d’IRR (20,3 Mds$) à la fin du premier semestre 2020/2021 dont 64,4% issu de l’imposition directe, ce qui couvrirait 29,5% du montant total des recettes fiscales pour les 12 mois de 2020/2021 soit 68,7 Mds$

La Banque centrale a organisé, sur le marché interbancaire une vingt-quatrième séance d’émission de titres souverains (murabaha) à laquelle 2 banques ainsi que  5 fonds d’investissement ont participé à hauteur d’un montant de 36 000 Mds d’IRR soit 130,1 M$.  

L’indice des prix à la production pour le secteur des services serait passé de 373,1 au cours du deuxième trimestre de 2019/2020 à 500,9 au cours du deuxième trimestre de 2020/2021, soit une hausse voisine à 34,2% en glissement annuel. 

L’indice des prix à la production pour le secteur de l’électricité serait passé de 134,32 au cours du deuxième trimestre de 2019/2020 à 193,58 au cours du deuxième trimestre de 2020/2021, soit une augmentation supérieure à 44% en glissement annuel. 

La valeur totale des échanges entre les Etats-Unis et l’Iran aurait été ramenée de 66,2 M$ à la fin des trois premiers trimestres de 2019 à 33,2 M$ à la fin des trois premier trimestres de 2020, soit une baisse voisine de 50% en glissement annuel. 

D’après l’Institut des statistiques de Turquie, les échanges de biens entre l’Iran et la Turquie auraient été ramenés de 5,28 Mds$ au cours des trois premiers trimestres de 2019 à 2,28 Mds$ au cours des trois premiers trimestres de 2020, soit une baisse de 57%. 

La Compagnie nationale pour la distribution des produits pétroliers (NIOPDC) a organisé une seule session de vente d’essence via l’IRENEX. 9 000 tonnes « onshore » à 87 octanes auraient été proposées à un prix moyen unitaire de 265$. Aucun client ne se serait manifesté.

Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas manquer de l'actualité économique de cette semaine 31

L’actualité économique de la Syrie

Le budget 2021 a été fixé à 8500 Mds SYP (3,2 Mds$ au taux du jour sur le marché parallèle), contre 4000 Mds SYP (1,5 Md$) en 2020. 7000 Mds SYP (2,6 Mds$) seraient destinés aux dépenses courantes et 1500 Mds SYP (0,6 Md$) aux dépenses d’investissement. 

Dans le contexte de propagation du COVID19, des mesures de contraintes à la circulation ont été annoncées dans les zones en-dehors des territoires contrôlés par le régime. Le Gouvernement de salut syrien a ordonné la fermeture des établissements scolaires et des marchés.

Dans le contexte de propagation du COVID19, l’Administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie a étendu de 15 jours le couvre-feu en vigueur, qui prévoit une fermeture des commerces à 15h00 chaque jour et interdit les activités sociales. 

Les guichets bancaires automatiques redeviennent opérationnels. Le départ du principal opérateur de guichets en juin dernier dans le cadre du renforcement des sanctions internationales avait entraîné la suspension des services de guichets automatiques des acteurs bancaires

Source : Ambassade de France au Liban avec le Service Économique Régional de Beyrouth et le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv). 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *