#Armee #Defense #Politique #Terrorisme #Videos #TURQUIE
Denys Bédarride
jeudi 18 août 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 18 Août 2022 à 07:00

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a indiqué que la détermination de son pays pour mettre en place un corridor de sécurité au sud de la frontière turco-syrienne reste intacte.

Le Chef de l’État turc s’est adressé, le 8 août aux diplomates qui participaient à la 13ème Conférence des ambassadeurs qui a débuté à Ankara.

Il a d’abord salué l’organisation de cet évènement annuel “qui a démontré en 14 ans son importance quant aux opportunités d’échanges et de travaux qu’il offre concernant les sujets régionaux et globaux”.

Le président Erdogan a ensuite fait des déclarations importantes concernant l’actualité du moment.

Il a d’abord condamné fermement les frappes israéliennes contre Gaza.

“Rien ne peut justifier l’assassinat de bébés encore dans le berceau, a-t-il fustigé. La Turquie est aux côtés du peuple palestinien et de ses frères à Gaza. »

Le président turc a par ailleurs rappelé que la mosquée Al-Aqsa représente “une ligne rouge” pour son pays.

La Turquie annonce la fermeture complète du pays pour ce 29 avril

Le Président Erdogan est ensuite revenu sur la lutte de la Turquie contre le terrorisme.

Il a insisté sur la volonté de la Turquie de faire disparaitre la menace terroriste qui vient du nord de l’Irak et de la Syrie.

“Nous allons poursuivre notre combat contre le terrorisme, a-t-il assuré. Notre détermination à créer un axe de sécurité large de 30 km à nos frontières du sud est permanente”.

Il en a profité pour critiquer le laxisme de certains pays alliés qui ouvrent leur territoire aux terroristes pourchassés par la Turquie.

“Aucun pays membre de l’OTAN ne doit être un refuge sûr pour les traitres de FETO et les terroristes du PKK qui fuient la justice turque”, a-t-il lancé.

Pour conclure, le Chef de l’État turc a souhaité souligner l’importance de l’accord signé le 22 juillet dernier à Istanbul pour garantir l’exportation des céréales ukrainiennes.

“En permettant la conclusion d’un accord sur le corridor céréalier, nous avons fortement contribué à la sécurité alimentaire alors qu’une crise guettait le monde”, s’est-il félicité.

Recep Tayyip Erdogan et Antonio Guterres ont rencontré, le 18 août, Volodymyr Zelensky pour discuter céréales et nucléaire.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, accompagné du président turc ont rencontré à Lviv, en Ukraine, le président Volodymyr Zelensky. Les trois dirigeants y ont abordé les exportations de céréales et la situation de la centre nucléaire de Zaporijjia. 

De son côté, l’armée russe a assuré le même jour n’avoir pas déployé “d’armes lourdes” dans et autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia, sous contrôle de Moscou dans le sud de l’Ukraine et touchée récemment par des frappes.

Toujours est-il que la rencontre trilatérale doit permettre d’«examiner» la mise en œuvre de l’accord international signé en juillet à Istanbul sur les exportations de céréales depuis l’Ukraine. Accord «dont la Turquie est un élément clé», a ajouté Antonio Guterres. Le secrétaire général des Nations unies se rendra ensuite à Odessa puis en Turquie.

Source : Agence Anadolu

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.