Maroc Covid-19 : Quelles répercussions sur le secteur de sa santé ?
#Covid19 #Sante #MAROC
Denys Bédarride
lundi 12 octobre 2020 Dernière mise à jour le Lundi 12 Octobre 2020 à 09:42

Oxford Business Group (OBG) s’apprête à lancer un nouveau rapport consacré à l’impact de la pandémie de Covid-19 sur le secteur de la santé au Maroc. Pour la réalisation de cette étude, intitulée ‘Morocco’s Health and Medical Response to Covid-19’, le cabinet d’intelligence économique et de conseil a collaboré avec de nombreux acteurs renommés des secteurs médical, paramédical et pharmaceutique marocains, à savoir LEMM, Sanofi, Pfizer, Bayer, Promamec  et Lamatem.

Cette nouvelle étude s’inscrit dans une série de rapports sur mesure déjà publiés ou actuellement en cours d’élaboration par Oxford Business Group et ses partenaires sur les conséquences économiques de la crise du Covid-19 et vient rejoindre d’autres outils de recherche incontournables, tels que les Covid-19 Economic Impact Assessments, qui sous la forme d’articles et d’entretiens proposent une évaluation par pays de l’impact économique de la crise sanitaire, ou encore les rapports Covid-19 Response Report (CRR) dressant un bilan de la réponse des gouvernements et des différents secteurs économiques au Covid-19.

Illustré par de nombreux graphiques et présenté dans un format mettant en avant les informations les plus pertinentes, le rapport mêlera analyses, entretiens et études de cas d’entreprises renommées du secteur de la santé au Maroc.

Le rapport ‘Morocco’s Health and Medical Response to Covid-19’  sera composé de quatre parties : 

1) La première donnera une vue d’ensemble du secteur de la santé au Maroc et de son évolution au cours des dernières années, qu’il s’agisse de la réforme de l’hôpital public et de l’assurance maladie, du poids du secteur privé dans l’offre de soins ou encore du secteur pharmaceutique. 

2) La seconde partie s’intéressera directement aux implications du Covid-19 sur le secteur de la santé au Maroc, présentant les défis auxquels le système de santé a dû faire face et mettant en lumière les atouts qui ont permis au Maroc de répondre au mieux à la crise sanitaire. 

3) La troisième partie sera consacrée à la réponse de l’industrie à la crise. 

4) La quatrième partie sera quant à elle tournée vers l’avenir et proposera des pistes pour réinventer le secteur de la santé au Maroc et tirer les leçons de la crise. 

Le Maroc s’est illustré par une grande réactivité dès le début de la crise du Covid-19, prenant rapidement des mesures drastiques pour endiguer la pandémie. Cette stratégie, associée à une population relativement jeune, a permis d’éviter l’importante mortalité survenue en Europe au printemps. Grâce à une mobilisation concertée des secteurs public et privé, le royaume a pu satisfaire ses besoins pharmaceutiques et médicaux. 

Si le Maroc a réalisé des progrès non négligeables ces dernières années en matière de santé, notamment en ce qui concerne l’accès au soin, la crise du Covid-19 a révélé les failles du système

Souhir Mzali, Directrice Éditoriale Afrique d’OBG

La crise a toutefois également révélé les difficultés auxquelles le système de santé marocain est confronté de longue date, telle qu’une pénurie de ressources humaines, une disparité entre les zones urbaines et rurales ou encore des dépenses publiques insuffisantes. Le rapport reviendra sur les nouvelles initiatives qui ont vu le jour depuis le début de la pandémie pour répondre à ces difficultés et mettra en lumière les domaines moteurs pour le développement à venir du secteur.

« Si le Maroc a réalisé des progrès non négligeables ces dernières années en matière de santé, notamment en ce qui concerne l’accès au soin, la crise du Covid-19 a révélé les failles du système. Le pays devra poursuivre les efforts déployés en matière de digitalisation et renforcer la recherche et le développement dans le secteur, » a déclaré Souhir Mzali, Directrice Éditoriale Afrique d’OBG. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *