Egypte : Le projet pétrolifère d’Abu Sennan affiche des résultats très positifs en termes de production 1
#Petrole #LIBYE
Denys Bédarride
vendredi 11 décembre 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 11 Décembre 2020 à 16:53

Dans le cadre d’une réunion sur la gestion des revenus pétroliers, le Gouvernement d’entente nationale (GEN) a décidé d’activer le rôle du comité conjoint et d’examiner des mécanismes pour lever le gel des revenus.

La réunion a été convoquée par le chef du Conseil présidentiel (CP) Fayez Al-Sarraj le 1er décembre avec les principaux acteurs économiques sur la gestion des revenus pétroliers dont notamment le chef adjoint du CP Ahmed Meitig, le gouverneur de la Banque centrale de Libye (BCL) Seddik Al-Kabir, le président de la NOC Mustafa Sanallah, le chef du Haut Conseil d’État Khaled Al-Mishri, le chef du Bureau d’audit Khaled Shakshak et le ministre des Finances du GEN Faraj Bumtari. 

Un accord a été conclu sur :

– l’activation d’un Comité conjoint, composé de membres issus du Bureau d’audit, du Ministère des finances du GEN, de la BCL et du Ministère des finances de l’Est pour coordonner les questions liées aux finances publiques ; 

– la tenue d’une réunion avec le conseil d’administration de la BCL 

– l’examen des mécanismes permettant de lever le gel actuel des revenus pétroliers. Pour rappel, après 8 mois de blocus pétrolier, le maréchal Haftar a annoncé le 18 septembre dernier la reprise de la production et des exportations de pétrole libyen, suite à l’accord négocié avec Ahmed Meitig qui prévoyait leur reprise à condition que les revenus pétroliers soient gelés dans un compte jusqu’à la conclusion d’un accord sur la répartition des revenus, et qui proposait la création d’un comité conjoint pour superviser la gestion et la répartition des revenus pétroliers.

Cette réunion a eu lieu 2 jours après une intervention du président de la Compagnie nationale pétrolière refusant de transférer les revenus pétroliers à la banque centrale. 

Dans une vidéo publiée le 29 novembre 2020, le président de la National Oil Corporation (NOC) Mustafa Sanallah a expliqué que les revenus pétroliers seraient conservés dans les comptes souverains de la NOC auprès de la Libyan Foreign Bank à Tripoli et ne seraient pas transférés à la Banque centrale de Libye (BCL) tant qu’un mécanisme transparent de distribution des fonds ne serait pas mis en place et que le taux de change ne serait pas unifié, soulignant que cela est effectué dans le cadre de la procédure légale. 

Il a critiqué le manque de transparence de la BCL sur l’utilisation des fonds pétroliers, l’accusant de distribuer des fonds à des personnes et régions spécifiques à des fins personnelles, alors que l’Etat libyen a reçu environ 186 Mds USD des ventes de pétrole ces dernières années et que les conditions de vie des Libyens ont continué de décliner. 

Il a également dénoncé l’inefficacité de la politique monétaire de la BCL et l’existence de quatre taux de change différents. 

Source Ambassade de France en Tunisie 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *