Brouillon auto 41
#Economie #Petrole #LIBYE
Denys Bédarride
lundi 21 décembre 2020 Dernière mise à jour le Lundi 21 Décembre 2020 à 17:27

Le coût du panier de dépenses minimales aurait augmenté de 4,3% en octobre 2020 et la crise de liquidité serait une préoccupation croissante de la population libyenne.

Selon l’enquête de la Libyan Joint Market Monitoring Initiative (JMMI) le coût du panier de dépenses minimales (Minimum Expenditure Basket – MEB) est ainsi 14,3% plus élevé qu’en mars 2020, avant la crise de Covid-19

Le MEB représente le groupe minimal d’articles requis pour subvenir aux besoins d’un ménage libyen de cinq personnes pendant un mois. L’augmentation du MEB de septembre à octobre 2020 peut être attribuée aux augmentations saisonnières des coûts de production des produits agricoles cultivés dans le pays tels que les pommes de terre (+20,0%), les poivrons (+18,8%) et les tomates (+18,2%). 

A contrario, la levée du blocus pétrolier en septembre et l’augmentation consécutive de la production pétrolière auraient permis de faire baisser les prix de l’essence (-12,5%) et des combustibles de cuisine (-16,5%) sur le marché parallèle en Libye. 

L’Ouest et l’Est de la Libye ont vu les prix du carburant de cuisson revenir aux niveaux d’avant le blocus pétrolier (décembre 2019), alors que le coût du carburant dans le sud de la Libye continue d’être plus de deux fois plus cher qu’en décembre 2019. 

L’étude souligne par ailleurs que la crise de liquidité en Libye est une préoccupation croissante pour la population, car les ménages ne sont pas en mesure de retirer des montants suffisants pour répondre aux besoins. 

Seuls 3,7% des clients interrogés ont pu acheter les articles nécessaires pour répondre à leurs besoins de base en utilisant des espèces retirées des banques au cours des 30 derniers jours. Les clients ont donc souvent recours à d’autres méthodes, telles que la vente de chèques certifiés sur des marchés parallèles (64,1% ont déclaré avoir échangé des chèques contre des espèces sur le marché parallèle). 

Or, les clients perdent en moyenne 23,4% de la valeur du chèque lors d’un échange sur le marché parallèle.

Source Ambassade de France en Tunisie 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *