Egypte : Le salaire minimal des fonctionnaires va augmenter suite à la Covid-19 1
#Actualite #Aides #Economie #EGYPTE
Agence Ecofin
jeudi 27 mai 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 27 Mai 2021 à 12:23

En juin 2020, le pays des pharaons avait obtenu un accord de confirmation du FMI, adossé à un financement de 5,6 milliards $. S’étendant sur 12 mois, celui-ci vise à aider l’Etat à faire face aux déséquilibres macroéconomiques causés par la pandémie de la covid-19.

Le gouvernement égyptien a obtenu un accord préliminaire avec les services du Fonds monétaire international (FMI) pour l’obtention d’un financement de 1,6 milliard $. C’est ce qu’a indiqué l’institution dans un communiqué publié sur son site.

Selon le FMI, cet accord préliminaire s’inscrit dans le cadre de la deuxième revue du programme économique du pays soutenu par l’accord de confirmation de 12 mois du FMI. Ce programme qui a été implémenté au cours des 12 derniers mois visait à maintenir la stabilité macroéconomique de l’Egypte pendant la covid-19, tout en protégeant les dépenses sociales et de santé nécessaires, et en poursuivant des réformes structurelles vitales pour l’économie.

Selon Céline Allard, chef de mission du FMI pour l’Egypte, la plupart des objectifs prévus dans le cadre de ce programme ont été atteints. « Au cours des 12 derniers mois, les solides performances et l’engagement des autorités ont permis d’atteindre les objectifs du programme […] L’accumulation nette de réserves internationales et le solde primaire ont dépassé les objectifs du programme. L’inflation est restée modérée, le résultat de mars (4,5 %) dépassant la limite inférieure de la clause de consultation de politique monétaire », a-t-elle indiqué.

Et d’ajouter : « tous les repères structurels ont été atteints, notamment la poursuite des réformes liées à la transparence budgétaire et à la gouvernance, à la protection sociale et à l’amélioration de l’environnement des affaires, tout en poursuivant les efforts visant à réduire les vulnérabilités de la dette et à créer un espace budgétaire plus important pour les dépenses prioritaires ».

Il faut souligner que malgré l’impact de la crise de la covid-19 qui a touché au moins 256 124 personnes dans le pays pour 14 807 décès, l’économie égyptienne s’est montrée particulièrement résiliente au cours de l’année 2020. 

D’après le FMI, l’Egypte a enregistré une croissance de 3,6% l’année dernière, alors même que l’Afrique enregistrait une contraction historique de son PIB (-2,1% d’après la BAD). De plus, alors que la pandémie a rendu difficiles les envois de fonds de la diaspora africaine envers le continent, la Banque mondiale indique que le pays fait partie des cinq premières destinations des envois de fonds mondiaux en 2020.

Rappelons qu’au total, ce sont 5,2 milliards $ qui ont été accordés à l’Egypte par le FMI dans le cadre de l’accord de confirmation conclu en juin 2020. Le nouveau décaissement devra être validé par le conseil d’administration, avant d’être effectif.

Notons que d’après le Fonds, « la croissance [de l’économie égyptienne, Ndlr] devrait être de 2,8 % au cours de l’exercice 2020/21 et atteindre 5,2 % au cours de l’exercice 2021/22. Toutefois, l’incertitude demeure, avec en toile de fond les risques persistants liés à la pandémie ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *