La Libye a annoncé avoir démarré la production de 14 000 barils par jour de pétrole sur le champ de Tahara, dans le bassin de Hamada
@Agocoarabian
#Commerce #Economie #Exportation #Petrole #LIBYE
Agence Ecofin
mardi 26 juillet 2022 Dernière mise à jour le Mardi 26 Juillet 2022 à 07:00

La semaine dernière, l’Etat libyen et les manifestants ont convenu d’un accord afin que les activités pétrolières, suspendues depuis plusieurs mois, soient relancées.

En Libye, le Premier ministre Abdul Hamid Dbeibah a annoncé, le 17 juillet, la reprise des exportations d’or noir, essentielles pour financer une part significative du budget national.

La nouvelle intervient quelques heures après qu’un accord a été convenu entre l’Etat et les manifestants pour lever le blocus sur les exportations pétrolières, suspendues depuis plusieurs mois.

« Tous les champs pétrolifères et les ports ont redémarré leurs activités, et la production d’électricité va également augmenter », a déclaré Dbeibah lors de la première réunion du nouveau conseil d’administration de la compagnie publique du pétrole (NOC), suite à l’éviction de Mustafa Sanalla, ancien patron de la NOC.

Selon plusieurs analystes, la réforme de l’instance dirigeante de la NOC, qui a conduit à la déchéance récente de Sanalla, à la tête de l’entreprise d’Etat depuis 2014, serait un plan destiné à apaiser les tensions politiques en Libye.

Pour Abdul Hamid Dbeibah, il s’agit d’un « consensus » visant à « faciliter l’entrée de grandes compagnies pétrolières, notamment européennes, pour aider à augmenter la production et à développer le secteur » pétrolier.

Pour l’heure, la reprise des exportations pétrolières en Libye laisse des doutes quant à l’apaisement des tensions politiques dans le pays. Une instabilité alimentée par la rivalité entre Abdul Hamid Dbeibah et Fathi Bachagha qui lui conteste son fauteuil de Premier ministre.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.