La Turquie et le Tchad ont signé trois nouveaux accords concernant l’éducation, l’agriculture et la diplomatie
#Afrique #Diplomatie #SaharaOccidental #Tchad #MAROC
Agence Ecofin
mercredi 14 septembre 2022 Dernière mise à jour le Mercredi 14 Septembre 2022 à 07:00

En pleine offensive diplomatique pour faire reconnaître sa souveraineté sur le Sahara occidental, le Maroc bénéficie du soutien de pays tels que les USA, le Togo ou le Cap-Vert. Cette fois-ci, c’est le Tchad qui veut ouvrir sur le territoire disputé, une représentation consulaire près le Maroc.

Le Tchad prévoit d’ouvrir un consulat général au Sahara occidental. C’est ce qu’a annoncé le ministère marocain des Affaires étrangères, dans un communiqué publié le mercredi 7 septembre.

« La République du Tchad a informé, aujourd’hui, […] à travers une note verbale, les autorités marocaines de sa décision d’ouvrir prochainement un consulat général à Dakhla, au Sahara marocain. Cette décision s’inscrit dans le cadre des relations fraternelles entre le roi Mohammed VI et Mahamat Idriss Deby Itno, président de la République du Tchad », a indiqué le document.

A travers cette décision de N’Djaména, le Maroc bénéficie d’un nouveau soutien dans les revendications territoriales qui l’opposent au Front Polisario soutenu par l’Algérie.

Ces dernières années, d’autres pays ont déjà pris la décision d’ouvrir une représentation au Sahara occidental, en soutien au royaume chérifien qui mène une diplomatie offensive en Afrique comme à l’étranger pour faire reconnaître sa souveraineté sur le territoire saharaoui. Parmi ces pays figurent notamment le Togo, le Cap-Vert mais également les Etats-Unis d’Amérique qui avaient annoncé reconnaître la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental, en plein rapprochement du pays maghrébin avec Israël.

« La décision de ce pays africain frère confirme et traduit la qualité des liens bilatéraux, par son soutien à la souveraineté du royaume sur son Sahara, à son intégrité territoriale et à son unité nationale », souligne le communiqué des autorités marocaines.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.