Tunisie : Le Parlement va-t-il apporter sa confiance au nouveau gouvernement ?
#Decideurs #Institution #Politique #TUNISIE
Denys Bédarride
lundi 31 août 2020 Dernière mise à jour le Lundi 31 Août 2020 à 09:27

Le premier ministre a annoncé la composition de son gouvernement, qui devra obtenir la confiance du Parlement. Le ministère des finances et le ministère du développement de l’investissement et de la coopération internationale (MDICI) ont été fusionnés.

Le premier ministre désigné, Hichem Mechichi, a annoncé le 24 août 2020 la composition de son gouvernement, qui comprend 28 ministres et secrétaires d’Etat (32 dans le gouvernement précédent), dont 8 femmes (6 auparavant). Hichem Mechichi a décidé de former « un gouvernement de compétences indépendantes qui travaillera à concrétiser des réalisations dans les domaines économique et social ». 

Le gouvernement est ainsi essentiellement composé de technocrates (notamment des hauts fonctionnaires, des universitaires ou des cadres du privé), qui ne sont pas affiliés à des partis politiques. De nombreux partis se sont dits mécontents d’en avoir été écartés. Rached Ghannouchi, président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et chef du parti islamiste Ennahda, a déclaré : 

« Rejeter ce gouvernement est un problème car cela laisse le pays dans le vide, et voter pour lui est un problème aussi car le gouvernement ne représente pas les partis ni le Parlement ». 

Par ailleurs, le MDICI et le ministère des finances ont été fusionnés en un seul ministère, regroupant ainsi les finances publiques et la politique économique. Le ministère a été confié à Ali Kooli, qui a fait carrière dans le secteur bancaire et n’a pas exercé de fonction politique jusqu’ici. 

Ali Kooli est directeur général de la Bank ABC (Arab Banking Corporation – siège situé au Bahreïn) en Tunisie depuis mai 2010, et CEO (Chief Executive Officer) Maghreb de la banque en parallèle depuis juillet 2015. 

La plénière de l’ARP consacrée au vote de confiance du gouvernement aura lieu le 1er septembre 2020. Une majorité absolue de 109 députés est nécessaire pour que le gouvernement soit entériné. A défaut, le président de la République tunisienne Kaïs Saïed pourrait dissoudre l’ARP et déclencher des élections anticipées pour début 2021. 

Source : Ambassade de France en Tunisie; Service Économique Régional Tunisie-Libye | Economic Service Tunisia-Libya

Direction générale du Trésor | French Treasury

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *