Brouillon auto 14
#Cooperation #Energie #Chypre #EchangesMediterraneens #EGYPTE
Denys Bédarride
mercredi 9 septembre 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 9 Septembre 2020 à 10:02

Deux ans après la signature d’un accord pour construire un gazoduc commun, les responsables des secteurs énergétiques égyptien et chypriote ont décidé de donner un coup d’accélérateur à l’initiative. Le projet devrait être opérationnel dans deux ans.

Le ministre égyptien du Pétrole, Tarek El Molla et son homologue chypriote, Natasa Pilides ont, lors d’une réunion virtuelle, discuté de la coopération entre les deux pays, notamment celle liée à leur projet de gazoduc commun. Les deux parties ont décidé d’accélérer la mise en œuvre du projet, malgré la situation financière difficile du secteur, en préparant le terrain pour les prochaines étapes.

Le projet a pris un tournant majeur en 2018, lorsque les deux pays ont signé l’accord de construction du gazoduc qui acheminera le gaz du champ chypriote d’Aphrodite vers les terminaux égyptiens de liquéfaction. Une fois le gaz naturel liquéfié obtenu, il sera exporté vers les marchés d’Europe notamment. Les autorités chypriotes ont marqué leur attachement au projet en ratifiant l’accord en avril 2019.

Selon une source proche du ministère chypriote de l’Energie qui s’est confiée à Arab News, le transfert du gaz sera effectif en 2022. Outre Aphrodite qui abrite 130 milliards de mètres cubes de gaz, les deux parties envisagent d’exploiter le futur gazoduc pour la monétisation de plusieurs autres gisements.

L’Égypte possède deux usines de liquéfaction de gaz naturel, l’une à l’est d’Alexandrie, à Idku, et l’autre dans la ville portuaire de Damiette.

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *