Algérie : La Sonatrach attribue 518 millions de $ de contrats de service à des entreprises locales pour les soutenir face à la crise
#Energie #Gaz #VieDesEntreprises #ALGERIE
Denys Bédarride
jeudi 17 septembre 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 17 Septembre 2020 à 11:33

Dans le cadre d’un projet de développement des gisements de l’ouest de l’Algérie, la société d’Etat des hydrocarbures (Sonatrach) a attribué des contrats de service pour un total de 518 millions de dollars à des entreprises locales. Une façon pour elle de les aider à mieux faire face à la crise.

La Sonatrach a octroyé d’importants contrats de services gaziers à des entreprises locales, parmi lesquelles certaines de ses filiales. D’une valeur de 518 millions de dollars, ils couvriront la construction de réseaux de collecteurs, l’installation de systèmes de sécurité pour la production, la fourniture, l’installation et la mise en services de systèmes de protection dans l’ouest du pays.

Ainsi, un consortium composé d’ENGCB, de SARPI, d’ENGTP, d’ENAC, de Kanaghaz et de COSIDER Pipelines s’est vu attribuer la construction de plus de 700 km de réseaux de collecte et de lignes de transport pour des champs gaziers dans le sud-ouest. Ce projet permettra d’assurer une production de gaz estimée à 11 millions de m3 par jour.

Un contrat relatif à l’amélioration de la production du champ de Touat a été également signé avec le Groupe SARPI/SAFIR, et permettra, d’ici 2022, d’alimenter la raffinerie d’Adrar avec une production de 6000 barils par jour de pétrole brut.

Concernant la mise en conformité des systèmes de détection-extinction et des réseaux de prévention des incendies sur les installations de transport de la zone d’Arzew, un autre contrat a été signé avec l’entreprise publique COSIDER Canalisations.

En outre, un accord a été conclu entre le groupe Sonatrach et la société ENAC pour la fourniture, l’installation et la mise en service de nouveaux systèmes de protection cathodique pour la surface du pipeline Hassi R’Mel–Arzew.

« Vu l’importance de ce projet, nous l’avons scindé en plusieurs parties pour gagner du temps. L’autre objectif est d’assurer un plan de chargement au profit des filiales de la Sonatrach et des entreprises algériennes, surtout après le contexte créé par la crise sanitaire », a indiqué Tawfik Hakkar, PDG de l’entreprise, lors d’un point de presse en marge de la cérémonie de signature des accords.

Ces projets pourraient générer près de 3 000 emplois.

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *