L’Algérie va organiser le référendum sur le changement de la Constitution le 1er novembre prochain
#Politique #ALGERIE
Denys Bédarride
jeudi 17 septembre 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 17 Septembre 2020 à 10:54

Quelques jours après la chambre basse du Parlement, le Conseil de la Nation (chambre haute) a voté favorablement, samedi 12 septembre, pour le projet de loi relatif à la révision de la Constitution. Celui-ci fera l’objet d’un référendum populaire le 1er novembre prochain.

Le Parlement algérien a adopté le texte de loi relatif à la révision de la Constitution. Samedi 12 septembre, le Conseil de la Nation, chambre haute, a donné son approbation pour la poursuite du projet de modification de la loi fondamentale algérienne.

Au total, 127 législateurs ont voté « oui » à l’adoption du projet de loi, contre une seule abstention. 128 députés ont ainsi participé au vote, sur un total de 144 sièges.

Grâce à ce nouveau vote favorable, qui intervient quelques jours après celui de l’Assemblée populaire nationale (chambre basse), la procédure de révision de la Constitution pourra être soumise à un référendum du peuple algérien.

Intégrer les revendications du Hirak

Le projet avait été lancé il y a plusieurs mois par le président Abdelmadjid Tebboune, afin d’élaborer une Constitution plus « consensuelle » prenant en compte les revendications de la jeunesse algérienne, symbolisée notamment par le mouvement de contestation baptisé « Hirak ».

« Le changement revendiqué par le Hirak populaire est un changement pacifique mais radical, qui passe par la révision de la Constitution, socle de notre État », avait alors déclaré le président de la République.

Selon les autorités, le projet de loi sera soumis à référendum le 1er novembre, jour anniversaire du déclenchement de la Guerre d’indépendance, « pour que le peuple puisse dire son dernier mot en toute liberté ».

Le texte se présente sous la forme d’un préambule et de sept chapitres, prévoyant notamment la nomination d’un Premier ministre ou d’un Chef de gouvernement en fonction de la majorité parlementaire.

Source : Agence Ecofin.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *