Brouillon auto 20
#Decideurs #Defense #EchangesMediterraneens #Economie #Politique #Sante #TURQUIE
Denys Bédarride
lundi 14 septembre 2020 Dernière mise à jour le Lundi 14 Septembre 2020 à 10:15

Le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a réaffirmé sur la situation en Méditerranée orientale, que la Turquie est ouverte au dialogue et prête pour toutes sortes de partage, à condition qu’il soit équitable.

Erdogan a prononcé un discours ce 5 septembre à l’occasion de l’inauguration de l’hôpital du quartier de Göztepe à Istanbul baptisé Prof. Dr. Süleyman Yalçın. La Turquie compte ainsi 16 hôpitaux de ville en activités.

Le chef de l’Etat turc a parlé du renforcement, chaque jour davantage, du système de santé de la Turquie.

“Malgré une augmentation des cas et du nombre de malades en réanimation (Covid-19), notre système de santé reste intact”, a-t-il précisé.

Concernant les derniers développements en Méditerranée orientale, Erdogan a réaffirmé être prêt au dialogue.

“Nous exprimons dans chaque conversation, dans chaque message, sur toutes les plateformes que la Turquie est prête pour toutes sortes de partage, à condition qu’il soit équitable” a-t-il affirmé avant de poursuivre :

“Nous ne laisserons plus la Turquie, qui dans le passé a perdu son temps et son énergie en raison de l’instabilité politique, des troubles sociaux et de nombreuses attaques insidieuses à l’intérieur et à l’extérieur, tomber à nouveau dans le même piège.

Nous continuerons à faire tous les efforts pour renforcer notre nation en préservant son unité et sa fraternité. Nous continuerons à travailler jour et nuit pour que notre État puisse atteindre les objectifs et les rêves que nous nous sommes fixés dans tous les domaines”, a-t-il insisté.

Le leader turc a notamment assuré que la Turquie a les capacités politiques et militaires de défendre ses intérêts face à ceux qui les menacent.

Chaque attaque, chaque crise auxquelles nous sommes confrontés, sont les meilleurs indicateurs du niveau atteint par la Turquie dans la production, le commerce, la technologie, les exportations, l’industrie de la défense et les services de bases.

Un par un, nous allons déchirer les scénarios de coup d’état et d’intrigue politique de ceux qui n’hésitent malheureusement même plus à exprimer leur animosité envers notre pays même en public.”

Pour Erdogan, la Turquie a le pouvoir politique, économique et militaire de déchirer les cartes et les documents immoraux qui lui sont imposés, tout en ajoutant, “ceux qu’ils finiront par comprendre”.

“Maintenant, il y a une Turquie qui est confiante, qui connaît son potentiel, consciente de son pouvoir réel et de sa capacité de manœuvre, et qui peut transformer le soutien reçu en résultats concrets”, a-t-il conclu.

Source Agence Anadolu 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *