Brouillon auto 24
#Agriculture #Coronavirus #Economie #EGYPTE
Denys Bédarride
jeudi 24 septembre 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 24 Septembre 2020 à 17:37

Selon les plus récentes données, les achats de la céréale ont atteint 2,4 millions de tonnes entre juillet et août, soit environ 40% de plus que l’année dernière à la même époque. Une dynamique qui n’est pas près de s’essouffler. 

En Egypte, la demande de blé reste dynamique malgré la pandémie mondiale de coronavirus.

En effet, entre juillet et août (deux premiers mois de la campagne 2020/2021), les importations de la céréale ont atteint 2,4 millions de tonnes, soit près de 40 % de plus que la saison dernière à la même période (1,72 million de tonnes). 

Interrogé par Reuters, le ministre de l’Approvisionnement signale que cette progression des achats entre le cadre de la volonté de l’exécutif de disposer de réserves de produits alimentaires essentiels pour au moins 6 mois.

Selon certains observateurs, la stratégie du gouvernement a également pour objectif de réduire son exposition aux risques de ralentissement du commerce alimentaire mondial, lié au coronavirus. « Les prix internationaux ont augmenté régulièrement depuis la mi-août et je pense que l’Egypte a décidé d’accélérer les achats saisonniers pour remplir ses silos avant que les prix n’augmentent encore plus », confie un négociant européen qui a requis l’anonymat.

Cette démarche est d’autant plus nécessaire dans la mesure où la Russie qui a compté pour 85,4 % des achats de la GASC (l’autorité nationale pour l’approvisionnement en matières premières) en juillet-août, pourrait éventuellement imposer des restrictions à l’export durant le premier trimestre 2021 si elle devait sécuriser ses réserves domestiques.

« L’Egypte a toujours des alternatives quand il s’agit d’importation. Nous avons la capacité de faire face à toutes les situations et aux changements sur le marché mondial », explique le ministère de l’Approvisionnement.   

Pour rappel, l’Egypte devrait importer 12,9 millions de tonnes de blé durant la campagne 2020/2021, d’après les prévisions du Département américain de l’agriculture (USDA).

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *