L’Egypte a importé 2,4 millions de tonnes de blé entre juillet et août 2020, soit une hausse de 40 % par rapport à 2019
#Agriculture #Importation #EGYPTE
Denys Bédarride
vendredi 23 octobre 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 23 Octobre 2020 à 12:13

Face à la nécessité de constituer des réserves stratégiques, l’exécutif allège un peu plus la pression sur les exportateurs de blé en direction du pays. Ces derniers seront désormais exemptés du paiement de frais supplémentaires en cas de détection d’insectes morts dans leur cargaison. 

En Egypte, la Centrale publique d’achat des denrées alimentaires stratégiques (GASC) a annoncé le 18 octobre, que les négociants ne seront plus obligés de payer pour le tamisage et la fumigation en cas de détection d’insectes morts dans leur cargaison.

D’après Reuters, qui rapporte l’information, les exportateurs de la céréale vers le pays des pharaons se trouvant dans une telle situation devaient verser 2,5 $ par tonne.

Cette démarche est la dernière en date de la GASC pour s’attirer les faveurs des négociants afin de constituer ses réserves stratégiques dans un contexte d’incertitude sur les marchés en raison de la pandémie de coronavirus.

Dans cette optique, l’autorité a revu en février dernier à 13,5 % le taux d’humidité accepté dans les cargaisons de blé importé contre 13 % auparavant afin d’élargir sa liste des fournisseurs. Plus récemment en avril, la GASC a indiqué que les vendeurs de blé à destination de l’Egypte pourraient être désormais payés immédiatement sur présentation de documents en règle, en lieu et place d’un remboursement différé.

Pour rappel, l’Egypte a importé 2,4 millions de tonnes de blé entre juillet et août 2020, soit une hausse de 40 % par rapport à l’année dernière sur la même période.  

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *