Le Soudan et Israël ont mené des tractations secrètes pour aboutir à une normalisation de leurs relations
#EchangesMediterraneens #Politique #ISRAEL
Denys Bédarride
mardi 27 octobre 2020 Dernière mise à jour le Mardi 27 Octobre 2020 à 12:02

Sous l’égide des USA, qui ont également annoncé un retrait de Khartoum de leur liste noire, les deux ennemis d’hier s’apprêtent à accélérer leur coopération bilatérale dans plusieurs domaines.

Le président américain Donald Trump vient d’annoncer un accord pour la normalisation des relations entre Israël et Soudan. Dans une déclaration faite aux journalistes le président américain a révélé que des tractations avaient eu lieu ces derniers jours en secret en Khartoum et Tel Aviv.

Selon les informations qui ont pu être révélées, une délégation israélienne s’est rendue mercredi dernier au Soudan pour essayer de négocier une paix entre les deux nations ennemies depuis plusieurs décennies. Si les détails de la rencontre n’ont pas filtré, la télévision d’Etat soudanaise a annoncé que les discussions avaient débouché sur un accord pour la mise en place d’une coopération bilatérale dans plusieurs domaines.

« Des délégations du Soudan et d’Israël se réuniront bientôt pour discuter de la coopération dans de nombreux domaines, notamment l’agriculture, le commerce et d’autres domaines importants », a indiqué dans une déclaration le président israélien Benjamin Netanyahu, qui a remercié les dirigeants soudanais et le président Trump pour ce nouvel accord de normalisation. Et d’ajouter : « Quel formidable revirement ! Aujourd’hui Khartoum dit oui à la paix avec Israël, oui à la reconnaissance d’Israël et à la normalisation avec Israël ».

Cette annonce qui représente un nouveau succès international pour l’administration Trump, intervient quelques mois après que les autorités de Khartoum ont exclu toute possibilité de faire la paix avec Israël avant 2022, suite au tollé que les rumeurs de normalisation des relations avec Tel-Aviv avaient provoqué dans le monde arabe.

Cette semaine, le conseil national de transition avait déjà accepté de payer 335 millions $ aux familles américaines victimes du terrorisme, à titre de dédommagement, afin de rayer le nom du Soudan de la liste noire des pays sponsors du terrorisme.

Alors qu’en Palestine on condamne déjà un « péché politique », les autorités soudanaises espèrent maintenant obtenir toutes les cartes nécessaires pour espérer bénéficier d’un soutien conséquent de la part des bailleurs de fonds internationaux, qui boudaient le pays depuis plusieurs années en raison de son inscription sur la liste noire américaine.

Source agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *