Maroc : La Bourse de Casablanca connait une année difficile pour les investisseurs
#Covid19 #Finance #Casablanca #MAROC
Denys Bédarride
vendredi 20 novembre 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 20 Novembre 2020 à 17:52

La valeur des sociétés cotées sur la Bourse de Casablanca a connu une des baisses les plus importantes de ces cinq dernières années. Mais cette contreperformance dissimule une forte résilience de la place financière marocaine. Les grands groupes bancaires devront cependant convaincre.

Prise en dollars, la valeur globale des entreprises qui y sont cotées était de 58,9 milliards $ à la fin du mois d’octobre, selon des données collectées par l’Agence Ecofin. Elle était en baisse de 9,7% depuis le début de l’année. En dirhams, elle s’affichait à 542,8 milliards. C’est le niveau de valeur boursière le plus faible de la période, depuis 2016.

Derrière cette contreperformance, se dissimule toutefois une résilience pour la deuxième bourse d’Afrique derrière celle d’Afrique du Sud. Déjà, la capitalisation boursière était en chute de 24,3% à la fin du mois d’avril 2020 par rapport à celle du mois de janvier. 

Une situation provoquée par la pandémie de coronavirus qui a imposé une fermeture quasi complète de l’économie marocaine et installé une vague de pessimisme sur le marché des actions.

Entre cette période et octobre 2020, la valorisation des sociétés cotées sur la Bourse de Casablanca a bondi de 11,4%. C’est l’une des meilleures remontées enregistrées depuis 2015. A titre de comparaison, la capitalisation boursière en 2018 avait dégringolé passant de 662,3 milliards de dirhams en avril à 557,6 milliards de dirhams fin octobre, alors que la menace covid-19 n’existait pas.

Dans le détail, on note que les grands groupes bancaires panafricains de cette bourse ont connu leurs plus importantes contreperformances depuis les cinq dernières années. Fin octobre, Attijariwafa Bank affichait une valeur boursière en baisse de 24,25%, Banque Centrale Populaire (Atlantique Finance Group) était en baisse de 13,5% et Bank of Africa a reculé de 28,13%. 

Cela peut être le fait d’une anticipation des baisses de marges nettes, même si les performances hors Maroc de ces groupes ont été solides.

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *