Libye : Covid-19, Chômage, lutte contre la contre bande, rentrée scolaire … quelles sont les dernières informations qui touchent le pays ?
#Politique #LIBYE
Denys Bédarride
jeudi 3 décembre 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 3 Décembre 2020 à 11:00

Après cinq jours de négociations pilotées par le Maroc, 123 députés libyens, ayant pris parti pour l’un ou l’autre des gouvernements revendiquant le pouvoir dans le pays, ont convenu, le 28 novembre, de « mettre fin aux divisions » et d’organiser des élections législatives « le plus tôt possible ».

Le samedi 28 novembre 2020, les parlementaires libyens issus des deux factions se disputant le pouvoir dans le pays ont fait un pas de plus vers la paix.

Réunis à Tanger, au Maroc, les députés de la Chambre des représentants (Chambre basse du Parlement libyen), soutenant les parties en conflit ont convenu de « mettre fin aux divisions »qui minent le pays et ses institutions et de cesser les « discours de haine ».

A l’issue des cinq jours de discussions menées dans le royaume chérifien, les députés libyens ont annoncé qu’ils réuniraient l’organe législatif du pays pour la première fois depuis plusieurs années. En effet, après la chute du guide libyen, Mouammar Kadhafi, en 2011, l’institution mise en place pour conserver les « acquis de la révolution » a très tôt été divisée entre les forces du maréchal Khalifa Haftar, dont le pouvoir est basé à Tobrouk dans l’est du pays, et le Gouvernement d’union nationale reconnu par la communauté internationale et siégeant à Tripoli, la capitale.

La nouvelle annonce est un signe du dégel des tensions entre les deux parties qui a commencé depuis plusieurs mois. En octobre, un accord de cessez-le-feu permanent a ainsi été signé et accueilli avec ferveur par les principaux protagonistes du conflit libyen, alors que des négociations se tiennent toujours pour organiser la transition devant mener le pays vers les élections nationales prévues le 24 décembre 2021.

De nouvelles discussions pilotées par le Maroc ont commencé le 30 novembre à Tanger, entre les responsables du Haut Conseil d’Etat (Chambre haute du Parlement) et de la Chambre des représentants. Désormais, il est question d’organiser des « élections législatives et de terminer la phase de transition le plus rapidement possible ».

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *