Tunisie : Le nouveau gouvernement obtient la confiance du Parlement
#Finance #Institutions #TUNISIE
Denys Bédarride
mardi 8 décembre 2020 Dernière mise à jour le Mardi 8 Décembre 2020 à 10:09

Le projet de loi de finances complémentaire (LFC) pour l’exercice 2020 a été adopté par le Parlement ; il autorise la banque centrale à financer le déficit budgétaire de l’Etat à titre exceptionnelLa Banque centrale de Tunisie (BCT) a décidé de maintenir le taux d’intérêt directeur à 6,25%. 

La nouvelle version du projet, déposée à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) le 14 novembre, a été adoptée le 27 novembre 2020 avec 96 voix pour, 39 contre et 16 abstentions. Elle prévoit un déficit budgétaire de 11,4% contre 13,4% dans la première version présentée, et 3% dans la loi de finances initiale pour 2020. 

Pour couvrir le besoin de financement record de 19,5 Mds TND (contre 11,3 Mds TND dans la loi de finances initiale, soit une hausse de plus de 8 Mds TND), le gouvernement aurait recours à l’endettement domestique à hauteur de 11,9 Mds TND, dont une partie pourra être financée par la Banque Centrale de Tunisie (BCT). La LFC 2020 autorise en effet l’institut d’émission à octroyer des facilités à la trésorerie générale de l’Etat, dans la limite de 2,81 Mds TND. 

La BCT avait exigé une autorisation exceptionnelle de l’ARP pour financer le déficit budgétaire, car la loi actuelle interdisait à l’institut d’émission de financer directement le budget de l’Etat. Selon la LFC 2020, la dette publique atteindrait 88% du PIB en 2020, soit 97,7 Mds TND.

La Banque centrale de Tunisie (BCT) a décidé de maintenir le taux d’intérêt directeur à 6,25%. 

Dans un communiqué publié le 30 novembre 2020, le conseil d’administration de la BCT affirme la nécessité de poursuivre les efforts afin de parvenir à la stabilité politique et sociale face aux incertitudes sur les perspectives économiques nationales et la persistance des répercussions de la deuxième vague de Covid-19. 

Si les tensions inflationnistes ont jusqu’ici été contenues (l’inflation étant restée stable à 5,4% pour le 3e mois consécutif en octobre), la BCT assure qu’elle fera preuve de davantage de vigilance pour intervenir afin de contenir les effets potentiels de sa participation au financement du budget sur la stabilité macroéconomique, le niveau de l’inflation et le taux de change du dinar. 

Par ailleurs, le communiqué souligne la résorption du déficit courant, qui s’est établi à 5,8% du PIB au cours des dix premiers mois de 2020, contre 7,5% pour la même période de l’année précédente, en raison de la réduction du déficit commercial. 

Source Ambassade de France en Tunisie 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *