Brouillon auto 50
#Cooperation #Petrole #EGYPTE #IRAK
Denys Bédarride
lundi 21 décembre 2020 Dernière mise à jour le Lundi 21 Décembre 2020 à 12:16

L’Egypte s’engage à mettre en œuvre dans les meilleurs délais les accords de développement signés avec l’Irak en octobre dernier, pour renforcer la coopération bilatérale entre les deux parties. Selon les termes de l’accord, Le Caire exécutera ces projets en Irak, en échange de produits pétroliers.

Mostafa Madbouly, Premier ministre égyptien a annoncé que l’exécution des accords pétroliers signés entre le gouvernement et l’Irak le mois dernier, sera effective dès que les procédures constitutionnelles seront achevées. Il s’agit de 15 accords dont certains portent sur la mise en œuvre par l’Egypte de projets de développement pétrolier sur le territoire irakien, en échange de produits pétroliers.

Les autres domaines couverts par l’entente sont la formation judiciaire, les ressources en eau, la santé, la protection de l’environnement, la logistique maritime, les infrastructures routières etc. Le Caire se dit prêt à surmonter toutes les mesures qui pourraient entraver l’activation immédiate de la collaboration et s’engage à préparer une directive présidentielle pour former un comité permanent de suivi des projets.

Cet intérêt de l’Egypte s’explique par la demande en produits pétroliers au niveau local qui ne cesse de grimper, alors que l’offre domestique est insuffisante pour la satisfaire. L’arrivée de l’offre irakienne constituera une importante bouffée d’oxygène qui permettra aussi au pays de faire des économies sur ses achats de produits pétroliers.

D’après Tarek El-Molla, ministre égyptien du Pétrole, les importations irakiennes de produits pétroliers en Égypte avaient diminué de 46 % au cours du premier trimestre de l’année fiscale 2020-2021. Cela est dû à la crise du coronavirus qui a négativement affecté les activités liées à l’ensemble de la chaine de valeur du secteur.

Le développement des relations égypto-irakiennes dans le secteur pétrolier, a démarré il y a trois ans. Ceci, lorsque le fournisseur traditionnel de l’Egypte en hydrocarbures, l’Arabie Saoudite a bloqué les livraisons pour manque de réformes économiques efficaces de la partie égyptienne pour relancer son économie.

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *