Brouillon auto 8
#Gaz #Petrole #EGYPTE
Denys Bédarride
mardi 12 janvier 2021 Dernière mise à jour le Mardi 12 Janvier 2021 à 08:49

Pour éviter que l’arrivée à maturité de ses champs de brut affecte son offre pétrolière déjà déficitaire, l’Egypte a accéléré ses campagnes d’exploration pétrogazière en 2020, même en pleine crise du coronavirus. Cela a conduit à une hausse de ses découvertes d’hydrocarbures.

62, c’est le nombre de gisements d’hydrocarbures découverts l’année dernière en Egypte. 47 abritent des réserves de pétrole et 15 des réserves de gaz naturel. Le pays a ainsi enregistré une croissance de 13 % de ses découvertes, par rapport à l’année précédente. Les découvertes ont été réalisées dans le désert occidental, le désert oriental, le golfe de Suez, le delta du Nil et en mer Méditerranée.

Il faut remarquer que c’est le meilleur score africain de l’année. Cette performance est remarquable étant donné que le secteur a été marqué par une diminution record de l’activité exploratoire et un plongeon brutal des cours du pétrole et du gaz, qui a affecté les finances et par ricochet les projets de l’ensemble de la chaine de valeur.

Pour rappel, alors que partout en Afrique et dans le monde, les plateformes de forage se raréfiaient en mer et à terre, l’Egypte a été l’un des rares pays où le rythme de travail n’a pas baissé. C’est surtout le résultat d’une politique d’exploration agressive voulue par Le Caire qui a d’ailleurs apporté énormément de soutien aux entreprises pétrogazières présentes sur son territoire pendant la crise.

« Les technologies modernes et les théories géologiques avancées ont contribué à de meilleurs résultats dans la recherche de pétrole et de gaz », s’est ravi le ministère du Pétrole dans un communiqué. Et de poursuivre : « ces résultats positifs indiquent le succès de la recherche et de l’exploration dans les champs pétroliers actuels, et suggèrent l’existence d’autres ressources pétrolières qui restent à découvrir ».

Ces efforts s’expliquent surtout par le besoin du pays d’augmenter la production de pétrole brut pour faire face à l’arrivée à maturité de nombreux périmètres producteurs.

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *