Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas manquer de l'actualité économique cette semaine 12
#Covid19 #Decideurs #Economie #Entreprises #EGYPTE #IRAK #IRAN #ISRAEL #JORDANIE #PALESTINE #SYRIE
Denys Bédarride
mercredi 17 février 2021 Dernière mise à jour le Mercredi 17 Février 2021 à 11:19

Découvrez le condensé de l’actualité économique de la région MENA cette semaine, réalisé avec l’appui de l’ambassade de France au Liban et avec le concours des services économiques dans la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel-Aviv).

L’actualité économique en Égypte

La Banque Centrale a décidé de maintenir ses taux directeurs inchangés pour la deuxième fois consécutive. Le taux de rémunération des dépôts et le taux de refinancement restent à 8,25% et 9,25% respectivement, et le taux marginal à 8,75%.

L’inflation urbaine s’établissait à 4,3% à la fin janvier 2021, contre 5,4% en décembre 2020 et 7,2% en janvier 2020. La baisse des prix des denrées alimentaires (-8,5% pour les fruits et légumes) est le principal facteur du ralentissement de l’inflation enregistrée.

L’Egypte a procédé cette semaine à sa première et probablement dernière émission d’eurobonds de l’année fiscale 2020/2021. L’opération a permis de lever 3,75 Mds$ répartis en trois tranches de 5, 10 et 40 ans (750 M$ pour la première et 1,5 Mds$ pour les dernières). 

La banque EFG-Hermès, première banque d’investissement du pays, estime que l’inflation s’établira à 4,7% en moyenne en 2020/2021, contre 4,5% en moyenne sur les sept premiers mois de l’exercice.

La banque EFG-Hermès, première banque d’investissement du pays, estime que les flux nets d’IDE seraient ramenés de 7,5 Mds$ en 2019/2020 à 7,2 Mds$ cette année, le ratio de dette publique/PIB de 19,1% fin juin 2020 à 18,9% fin juin 2021. 

Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas manquer de l'actualité économique de cette semaine 32

L’actualité économique en Irak

Le Conseil des Ministres a approuvé la création du Higher Committee for Reforms (HCR) et de la Reform Management Cell (RMC). Ces deux entités sont chargées de mettre en œuvre les réformes économiques proposées dans le Livre Blanc publié en octobre dernier.

L’actualité économique en Iran

D’après la Banque centrale, la masse monétaire serait passée de 22 623 100 Mds IRR à la fin décembre 2019 à 31 300 200 Mds à la fin décembre 2020, soit une hausse de 38,4%. Pour mémoire, la masse monétaire s’était établie à 24 721 500 Mds IRR à la fin de l’année 2019/2020.

D’après la Banque centrale, la valeur de la dette extérieure serait passée de 9,05 Mds$ à la fin du mois de décembre 2019 à 9,35 Mds$ à la fin du mois de décembre 2020, soit une hausse voisine de 3,2% en un an.

La valeur totale des actifs étrangers de la Banque centrale, des banques et des institutions de crédit non bancaires serait passée de 4 033 500 Mds IRR (dont 76,1% d’actifs de la Banque centrale) à fin décembre 2019 à 5 288 200 Mds IRR à fin décembre 2020, soit +31,1%.

La valeur totale des dettes du secteur public auprès des banques et des institutions de crédit non bancaires serait passée de 3 878 600 Mds IRR (dont 92,3% de dettes du Gouvernement) à fin décembre 2019 à 5 264 800 Mds IRR à fin décembre 2020, soit une hausse 33,2%. 

La valeur totale de la dette du secteur privé auprès des banques et des institutions de crédit non bancaires serait passée de 14 400 500 Mds IRR à la fin de décembre 2019 à 21 219 800 Mds IRR à la fin de décembre 2020, soit une augmentation de 47,4%.

Marchés financiers : Le Haut-Conseil des opérations de bourse a pris un train de mesures pour enrayer la tendance baissière du Tehran Stock Exchange comme la définition de limites asymétriques de variation quotidienne des cours, +6%/-2%, en lieu et place de +/-5%. 

L’indice des prix à la production dans l’industrie est passé de 244,3 à la fin du troisième trimestre de 2019/2020 à 433,1 à la fin du troisième trimestre de 2020/2021, soit une hausse de 77,3%. L’indice des prix à la production pour l’électricité a augmenté de 45,5%.

La Compagnie nationale pour la distribution des produits pétroliers NIOPDC a organisé une seule séance de vente d’essence via l’IRENEX. 135 tonnes d’essence à 95 octanes «onshore» aurait été proposées à un prix moyen unitaire de 410$. L’intégralité de l’offre a été vendue

D’après l’Iran Airports Company, le trafic passagers des aéroports a été ramené de 33,8 M de personnes à la fin des neuf premiers mois de 2019/2020 à 18,4 M de personnes à la fin des neuf premiers mois de 2020/2021 soit une baisse de 45,5%. Le fret aérien a diminué de 46,4%

Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas manquer de l'actualité économique de cette semaine 15

L’actualité économique en Israël

Bien que les recettes se soient accrues par rapport à janvier 2020 (+ 13% pour la collecte des impôts sur le revenu et les sociétés), le déficit budgétaire continue de se creuser : calculé sur douze mois, il est passé de 11,7% en décembre 2020 à 12,1% en janvier 2021.

En janvier 2021, la Banque d’Israël est intervenue sur le marché des changes et a acheté 6,8 Mds$, soit 22,8% du montant total de l’enveloppe annuelle et prévisionnelle (30 Mds$), pour inverser la tendance et contribuer à la dépréciation de la devise israélienne.

La Banque d’Israël est intervenue sur le marché des changes et a acheté 6,8 Mds$ pour contribuer à la dépréciation de la devise israélienne qui a perdu 5% de sa valeur face au dollar. Les réserves de change israéliennes s’élèvent désormais à 179 Mds $ soit 44,9% du PIB.

Les dernières analyses des autorités estiment que le coût de l’immobilier va continuer à croître au cours des trois prochaines années, au rythme de 3 à 4%/an, en raison de l’instabilité gouvernementale qui paralyse l’adoption de mesures pour restreindre la hausse des prix

Les employés du secteur public bénéficient d’un salaire supérieur à la moyenne nationale, d’augmentations systématiques, de meilleures conditions de retraite et de plus de congés que les 21 jours traditionnels du secteur privé. 

Alors que le salaire moyen dans le secteur privé était de 10 800 NIS (3 300 $) en 2019, il s’élevait à 13 688 NIS (4 100 $) dans le secteur de l’éducation et 18 990 NIS (5 800 $) au sein du système de santé.

L’actualité économique en Jordanie

Commerce bilatéral : Les exportations françaises vers la Jordanie ont été ramenées de 212 M€ en 2019 à 179 M€ en 2020, soit une baisse de 15%. Les importations sont passées de 26 M€ à 21 M€ (-20%). Le solde de la balance commerciale reste excédentaire à 158 M€.

Le gouvernement a sécurisé des doses de vaccins pour 23% de la population. Des négociations seraient en cours pour augmenter la couverture à 30%. Les autorités viennent également d’homologuer le vaccin AstroZeneca. Les deux vaccins homologués sont Pfizer et Sinopharm.

Selon l’ambassadeur d’ArabieSaoudite, le stock d’investissement saoudien en Jordanie s’élève à 13 milliards de $. 

Plusieurs prêts, d’un montant de 33 M$ ont été accordés à l’entreprise Yellow Door Energy dans le secteur des énergies renouvelables. Ils contribueront à la construction et mise en opération de 8 centrales solaires photovoltaïques en Jordanie d’une capacité de 48,3 MW.

La valeur des transactions immobilières est passée de 413,1 M$ en janvier 2020 à 449,7 M$ à la même période en 2021 soit une augmentation de 9%. La valeur des recettes fiscales provenant des ventes immobilières a également observé une hausse de 10% sur la même période.

Brouillon auto 49

L’actualité économique au Liban

D’après la dernière étude d’Euromoney (publication spécialisée dans la finance et le risque-pays), le Liban figure à la 167ème place (-40 places en un an) sur 174 pays en ce qui concerne la solidité de son économie. 

Le trafic « passagers » de l’Aéroport International de Beyrouth a diminué de 50,1% entre le mois de janvier 2020 (135 246) et le mois de janvier 2021 (67 076).

D’après la Banque du Liban, le montant des chèques compensés a diminué de 41,4% entre l’année 2019 (1 637 M$) et l’année 2020 (958 M$).

Les recettes touristiques auraient été ramenées de 4,2 Mds$ au cours du 1er semestre de 2019 à 1,3 Md$ au cours du 1er semestre de 2020, soit une baisse de 67,8% sur un an. Pour mémoire, les recettes touristiques avaient atteint 8,593 Mds$ en 2019, près de 17% du PIB.

Les autorités ont annoncé que la campagne de vaccination débuterait le 14 février. 28 000 doses du vaccin Pfizer sur un total de 2,1 milions de doses prévues sont arrivées le 13/02 à Beyrouth et serviront d’abord à vacciner les personnels soignants et les plus de 75 ans.

D’après le Programme Alimentaire Mondial (PAM), les importations de produits alimentaires ont baissé en volume de 6,3% entre l’année 2019 et l’année 2020, la baisse atteint -15% si on exclut les céréales.

D’après le Programme Alimentaire Mondial (PAM), en cas d’arrêt des subventions, les prix du pain pourraient augmenter entre 1,5 et 3,5 fois, les prix du fuel entre 3 et 5 fois, les médicaments et équipements médicaux jusqu’à 241%.

L’actualité économique en Palestine

Une enquête sur les publications des chiffres de bilan des 13 banques actives sur le marché palestinien fait état d’une baisse de 35 % de leur bénéfice net en 2020. Il s’établit à 104 M$, soit le chiffre le plus bas des 10 dernières années. Il était de 102 M$ en 2009

Le ministre du Travail a annoncé qu’une seconde série d’aide en espèces, rendue possible par une contribution de la Banque Mondiale, serait attribuée aux travailleurs les plus affectés par la crise du coronavirus soit 700 shekels (environ 180 €) par travailleur.

72000 travailleurs palestiniens ont pu être soutenus depuis le début de la crise. Le plan d’aide du ministère du travail comprend 120000 bénéficiaires. L’Autorité palestinienne compte sur l’aide des donateurs internationaux pour distribuer les 50000 primes manquantes.

L’actualité économique en Syrie

D’après le ministère du Pétrole, la Syrie aurait produit, en 2020, 89000 barils de pétrole brut par jour dont 80000 dans le Nord-Est syrien, ce qui signifierait que seulement 9000 barils/jour ont été produit dans les zones contrôlées par le régime.

D’après le ministère du Pétrole, les raffineries syriennes en 2020 auraient produit 70000 tonnes de gaz, 1,1 million de tonnes de pétrole, 1,6 million de tonnes de gazole et 3,1 millions de tonnes de mazout. 

D’après le ministère du Pétrole, le secteur pétrolier et gazier aurait enregistré, depuis le début du conflit en 2011, des pertes cumulées de 91,5 Mds USD, dont 19,5 Mds USD de pertes directes en infrastructures et équipements et 72 Mds USD de pertes indirectes. 

La livre syrienne a atteint son niveau le plus bas par rapport au dollar, à 3300 sur le marché parallèle. Le dollar s’est apprécié de 9% face à la livre syrienne depuis le début février, de 15% au total depuis le début de 2021. Le cours officiel reste fixé à 1250. 

Source : Ambassade de France au Liban, avec le concours des services économiques dans la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel-Aviv).

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *