#Business #Entrepreneuriat #Femmes #Mediterranee #EchangesMediterraneens
Fiona Urbain
jeudi 4 mars 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 4 Mars 2021 à 15:41

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Ecomnews Med a interviewé Jihen Boutiba, secrétaire générale de BUSINESSMED, l’Union Méditerranéenne des Confédérations d’Entreprises. Quelles sont les principaux obstacles pour les femmes à se lancer dans une entreprise ? Comment BUSINESSMED agit pour l’égalité hommes/femmes ?


Seulement 30 à 37% des entreprises sont détenues par des femmes dans les pays du sud de la Méditerranée. « L’esprit d’entrepreunariat s’est développé chez les femmes au cours des dernières décennies, mais elles sont encore loin d’avoir accès aux mêmes marchés que les hommes » explique Jihen Boutiba, Secrétaire générale de BUSINESSMED, l’Union Méditerranéenne des Confédérations d’Entreprises.


« Nous assistons à un changement de point du vue sociétal, vers une vision dans laquelle les femmes sont perçues comme le moteur du développement économique et de la création d’emplois. Plusieurs études montrent que les entreprises dirigées par une femme obtiennent en moyenne de meilleurs résultats que celles dirigées par des hommes ».

Les obstacles 


Les freins à l’entrepreunariat sont nombreux : «  Il y a un manque d’accès aux financements en raison de l’impossibilité de fournir des garanties, il y a aussi un manque d’accès à des formations appropriées, beaucoup de limites institutionnelles, un manque d’accès aux réseaux formels et informels d’entrepreneurs qui sont souvent dominés par les hommes et enfin un manque d’infrastructures qui peuvent aider les femmes entrepreneurs à s’épanouir. » 

Selon la dernière cartographie menée par Business Med sur le niveau de digitalisation des organisations et des entreprises menées par des femmes sur un échantillon de 200 managers d’Egypte, de Jordanie, du Liban et de Tunisie, il apparait que 50% n’ont pas de visibilité sur internet et 68% affirment que la digitalisation leur a permis de s’ouvrir à de nouveaux marchés. « Cela montre que la digitalisation n’est pas une solution si elle n’est pas accompagnée par des politiques gouvernementales efficaces au niveau des pays de la région sud-méditerranéenne ».

Les actions de BUSINESSMED


« Le genre est une priorité transversale dans notre stratégie et les actions que BUSINESSMED mène. » L’Union Méditerranéenne des Confédérations d’Entreprises organise des webinaires et formations en ligne pour promouvoir le rôle des femmes dans les postes de direction et permettre aux entrepreneures d’acquérir de nouvelles compétences.

Le Business Country Desk (BCD), une initiative régionale conçue par BUSINESSMED et mise en œuvre dans le cadre d’un projet cofinancé par l’Union Européenne a été présenté en ligne le 12 janvier 2021. La plateforme Business Country Desk, fournira des services numériques gratuits aux PME par le biais de trois services principaux : Partenariats, Business Helpdesk et l’outil Matching.

« C’est un moyen pour surmonter certains obstacles auxquels se heurtent les femmes entrepreneures. Par exemple, la plateforme facilite l’accès aux réseaux informels et formels, la création de partenariats et le rapprochement avec d’autres entreprises de la région. L’infrastructure digitale reste cependant un pré-requis et malheureusement dans certaines régions il n’y même pas d’accès à internet, on ne peut pas encore atteindre les femmes des milieux ruraux ». 

Par ailleurs, L’Union Méditerranéennes des Confédérations d’Entreprises (BUSINESSMED) a signé un protocole d’accord avec l’Association des Organisations de Femmes d’Affaires de la Méditerranée (AFAEMME) qui a pour but de renforcer l’écosystème commercial euro-méditerranéen et de soutenir le développement social et économique des acteurs économiques. Les deux organisations travailleront ensemble à la mise en œuvre d’un programme d’action qui comprend l’échange de connaissances et de meilleures pratiques, en contribuant à d’éventuels projets communs ainsi qu’à la sensibilisation en donnant une visibilité aux actions, publications et autres initiatives de l’autre partie.

Un protocole d’accord a aussi été signé avec Womenpreneur-Initiative, une organisation non gouvernementale belge visant à renforcer la place des femmes sur la scène entrepreneuriale et dans les domaines de la technologie et de l’innovation et dans la société en général.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *