Turquie : Ca y est les touristes ont « débarqué » dans la célèbre station balnéaire d’Antalya
#Economie #Tourisme #TURQUIE
Denys Bédarride
lundi 12 juillet 2021 Dernière mise à jour le Lundi 12 Juillet 2021 à 10:24

Au cours des six premiers mois de l’année, 1 551 633 touristes sont arrivés à Antalya en Turquie, l’une des plus importantes destinations touristiques du monde.

Antalya, qualifiée par le terme “la capitale du tourisme’, est autant connue pour sa mer et ses plages, son sable et son soleil, que pour ses beautés naturelles, ses structures culturelles, ses villes antiques et ses hôtels de luxe. 

Antalya qui accueille des millions de touristes chaque année offre la possibilité de passer des vacances en sécurité et en santé, dans le cadre du “Programme de certification de tourisme sain”, lancé sous la coordination du ministère turc de la Culture et du Tourisme.

Selon la direction de culture et de tourisme d’Antalya, la ville a accueilli 1 551 633 touristes au cours de la période allant de janvier à juin, malgré la pandémie du nouveau coronavirus et les restrictions de vols appliquées par certains pays. 

Parmi les touristes, 439 209 viennent de la Russie, 429 366 de l’Ukraine, 145 444 de l’Allemagne, 90 739 de la Pologne.

Lors d’un entretien accordé à l’Agence Anadolu, le Président du bureau régional pour la Méditerranée de l’Union des Agences de Voyage de Turquie, Ferit Turgut, a affirmé: “L’arrivée d’1,5 millions de touristes dans la ville est un chiffre important, incomparable par rapport à l’année dernière.”

Il a relevé que le plus important nombre de touristes provient de la Russie, soulignant estimer que selon les réservations, les chiffres seront encore meilleurs au mois de juillet et août. 

Turgut a fait remarquer l’arrivée de 250 avions à Antalya depuis l’étranger la seule journée du 6 juillet.

“Le week-end du 3-4 juillet, 650 avions ont atterri à Antalya. Par ailleurs, parmi ceux arrivés hier, 80 proviennent de Russie, 40 d’Ukraine et 50 d’Allemagne”, a-t-il conclu.

Source Agence Anadolu 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *