Brouillon auto 165
#Entrepreneuriat #Entreprises #Environnement #Formation #MAROC
Fiona Urbain
mardi 27 juillet 2021 Dernière mise à jour le Mardi 27 Juillet 2021 à 10:57

Dans le cadre de l’orientation de la formation professionnelle donnée en 2019 par le roi du Maroc, les entreprises s’impliquent dans la formation de la main-d’œuvre. En partenariat avec le gouvernement, elles vont créer des instituts spécialisés dans la minoterie, l’entrepreneuriat et l’environnement.

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), le principal regroupement d’entreprises du pays, a signé la semaine dernière, trois conventions portant sur la formation professionnelle. Les conventions signées avec le gouvernement et d’autres organisations privées concernent la création de 3 instituts de formation spécialisés dans les domaines de la minoterie, de l’entrepreneuriat et de l’environnement.

La première convention consacre la création d’un institut de formation dans le domaine de la minoterie. Elle a été  signée entre le département de la Formation professionnelle, d’une part, et la CGEM et la Fédération nationale de la minoterie, d’autre part. Dans le cadre de cette convention, il est aussi prévu une réforme des programmes de formation notamment à l’Institut spécialisé de formation de l’industrie meunière de Casablanca, afin de les adapter aux évolutions du métier.  

Dans le domaine de l’entrepreneuriat, il est prévu la création d’un institut de formation, dont la gestion sera confiée aux professionnels dans le cadre d’une convention de gestion déléguée. D’après la convention signée entre le département de la Formation professionnelle et la CGEM, cet institut aura pour mission de former des gestionnaires pour le développement de leurs entreprises et d’améliorer leur compétitivité, créer de nouveaux emplois et promouvoir l’auto-emploi à travers l’appui et l’accompagnement des projets de création d’entreprises sur le plan national et régional et la promotion de la culture d’entrepreneuriat.

Le troisième institut quant à lui découle d’une convention signée entre le département de la Formation professionnelle, d’une part, et la CGEM et l’Alliance marocaine de l’Eau d’autre part. Spécialisé dans les métiers d’eau, d’assainissement et de l’environnement, il sera situé à Fès.

Cet institut vise à former des agents, techniciens et des cadres moyens et assurer la formation continue en faveur des employés des entreprises opérant dans le secteur. Il se chargera également de l’organisation des cycles de formation des travailleurs et techniciens.

Ces conventions ont été signées en marge du Conseil national de l’entreprise de la CGEM qui s’est tenu sous le thème du capital humain et de la formation professionnelle, au cours duquel, le patronat a clairement signifié ses difficultés à recruter des compétences.

Pour l’heure, aucune échéance n’a été fixée pour l’ouverture effective des établissements. L’on sait cependant qu’ils ont été pensés conformément à la feuille de route pour le développement de la formation professionnelle présentée le 4 avril 2019 devant le roi Mohammed VI. La stratégie royale prescrit entre autres, l’implication des entreprises dans le processus de formation et le renforcement de la collaboration avec le gouvernement comme point de départ pour mieux adapter l’offre de formation aux besoins du tissu économique national.

Cette implication a conduit en mars dernier, la CGEM à investir 500 millions de dirhams (55,6 millions de dollars) dans la mise en place des cités des métiers et des compétences, le projet phare de cette stratégie. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *