L’Egypte prévoit de lancer 24 projets de transport en 2022 pour un budget de 6,5 milliards de $
Par Marc Ryckaert (MJJR) — Travail personnel, CC BY 3.0
#CooperationInternationale #Decideurs #Financement #Institution #Investissement #Transport #TransportFerroviaire #EGYPTE
Agence Ecofin
vendredi 14 janvier 2022 Dernière mise à jour le Vendredi 14 Janvier 2022 à 15:00

L’industrie du transport tient une place de choix dans la politique de développement en Egypte. Entre chantiers ferroviaires et unités mobiles modernes, le gouvernement entend faire d’une pierre deux coups en atténuant les difficultés liées à la mobilité, qui s’ajoutent aux défis écologiques. 

Dans le cadre de son budget, exercice 2022, le ministère égyptien des Transports a prévu dépenser 6,5 milliards $ pour la mise en œuvre de 24 projets de transport. Cela représente 25 % du portefeuille de financement du développement du ministère de la Coopération internationale.

Cet investissement servira entre autres à poursuivre les chantiers en cours de réalisation tels que « le développement des systèmes de signalisation sur les voies ferrées, les unités de transport mobiles, le monorail en direction de la nouvelle capitale administrative à partir de la ville du 6 octobre, les rénovations du métro, la réhabilitation du tramway sur Raml Line, de même que l’achèvement rapide des études d’impact environnemental et de faisabilité économique des projets prévus en 2022 », selon Kamel Al-Wazir, ministre égyptien en charge des Transports.

Ces différents projets qui nécessitent des investissements colossaux ont été initiés depuis quelques années dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique du gouvernement egyptien dénommé Vision 2030 qui intègre des transformations remarquables à apporter au système de transport du pays. Avec en toile de fond une grande métamorphose opérée sur le réseau ferroviaire ainsi qu’un renouvellement quasi complet de la flotte nationale de locomotives.

Hormis l’amélioration de la connectivité entre les gouvernorats et les villes ainsi qu’entre les zones industrielles, ces projets permettent de réajuster les modèles de mobilité dans la capitale égyptienne, qui fait actuellement partie des plus peuplées du continent. 

Entre autres impacts, ces différents projets, qui intègrent pour certains des modèles axés sur la mobilité verte, offrent aux dirigeants l’occasion de renforcer la politique de l’Etat en matière climatique pour un développement durable.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *