Palestine : Quelles sont les performances de l’économie en 2021 et les prévisions 2022 ?
Marcin Monko
#Analyse #AnalyseEconomique #Consommation #Economie #Exportation #Industrie #Institution #PALESTINE
Denys Bédarride
vendredi 21 janvier 2022 Dernière mise à jour le Vendredi 21 Janvier 2022 à 13:18

L’Autorité monétaire palestinienne (PMA) et le Bureau central palestinien des statistiques (PCBS) ont publié conjointement un communiqué de presse sur les performances de l’économie en 2021 ainsi que les prévisions économiques pour 2022.

Selon le communiqué, l’économie a retrouvé le chemin de la croissance à compter du printemps (le PIB s’étant encore contracté de 6% au premier trimestre 2021), pour terminer 2021 en hausse de 6%. La dynamique économique est tirée par l’amélioration du niveau de la demande globale, de la consommation et de l’investissement, tout en demeurant en deçà de son niveau d’avant la pandémie. Le PIB par habitant progresse pour sa part de de 3,5%.

La plupart des activités économiques ont connu une augmentation de la valeur ajoutée au cours de l’année 2021 par rapport à l’année 2020. Le secteur du BTP a enregistré la croissance la plus élevée (8%), alors que l’activité industrielle progressait de 5,5%, suivie des services, en hausse de 5%.

Les premières estimations indiquaient une augmentation de la valeur des exportations de 13% comparé à 2020. La valeur des importations a progressé de 11% au cours de la même période, ce qui a entraîné une augmentation du déficit de la balance commerciale de 10% par rapport à l’année précédente.

Selon ces estimations préliminaires, et en raison de l’augmentation des prix des matières premières et du transport maritime, la moyenne de l’indice global des prix à la consommation en Palestine devrait enregistrer une progression de 1,2% en 2021 par rapport à 2020.

Quelles prévisions pour 2022 ? 

La PMA et le PCBS ont également publié deux rapports sur les prévisions économiques pour 2022. Ces scénario sont fondés sur l’hypothèse d’un retour progressif de l’activité économique à son niveau d’avant la crise sanitaire, et d’une stabilité des relations économiques et politiques avec Israël.

Les anticipations tablent sur un ralentissement de la croissance, à hauteur de 3% en 2022, avec une augmentation légère du PIB par habitant par rapport à 2021. Si la demande intérieure devrait rester soutenue, un ralentissement assez net de la croissance des exportations est escomptée. 

Source Ambassade de France au Liban

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *