Le premier ministre d’Espagne en visite durant deux jours au Maroc pour développer les relations diplomatiques 1
#Actualite #Decideurs #Diplomatie #Gaz #Politique #UnionEuropeenne #Afrique #ALGERIE #EchangesMediterraneens #Espagne #Europe #MAROC
Agence Ecofin
vendredi 8 avril 2022 Dernière mise à jour le Vendredi 8 Avril 2022 à 06:00

En 2021, l’arrivée en Espagne du leader sahraoui Brahim Ghali avait déclenché l’ire de Rabat qui a rappelé son ambassadrice à Madrid. Depuis, les tensions semblent s’être apaisées et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a publiquement soutenu le plan d’autonomie marocain pour le Sahara occidental.

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est rendu ce jeudi 7 avril au Maroc. La visite annoncée par José Manuel Albares, ministre des Affaires étrangères du gouvernement espagnol, s’est étalée sur deux jours, et s’inscrit dans une logique de décrispation des relations diplomatiques entre les deux pays.

En effet, cette visite forte en symbole intervient environ un an après le début d’une brouille diplomatique entre les deux pays sur la question du Sahara occidental. 

Le 18 avril 2021, l’Espagne avait en effet accueilli pour des soins devant se dérouler sur son territoire, Brahim Ghali, leader du Front Polisario, opposé depuis des décennies à l’Etat marocain dans la revendication du Sahara occidental. Ce geste mal apprécié par Rabat avait entraîné un rappel de l’ambassadrice marocaine à Madrid, alors que les enclaves de Ceuta et Melilla, portes d’entrée vers l’Espagne ont enregistré un déferlement record de migrants en route vers l’Europe.

Si Brahim Ghali a depuis lors quitté le territoire espagnol, la visite de Pedro Sanchez semble indiquer que le dossier n’est pas définitivement clos, les deux pays cherchant désormais à afficher la solidité de leurs relations. Pour de nombreux observateurs, la fin de cette crise pourrait cependant déboucher sur une autre avec l’Algérie, soutien affiché du Front Polisario. 

En mars dernier, la décision de Madrid de soutenir le plan d’autonomie marocain pour le Sahara occidental avait d’ailleurs été vivement critiquée à Alger, et avait également suscité en Espagne des craintes concernant des tensions avec le pays maghrébin qui est l’un de ses principaux fournisseurs de gaz.

Rappelons que le Maroc est considéré comme un partenaire indispensable de l’Espagne en Afrique concernant notamment la gestion des flux migratoires. Les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla situées sur la côte marocaine sont les seules frontières terrestres de l’Union européenne avec l’Afrique, et elles sont souvent privilégiées par les migrants illégaux en quête d’une meilleure vie en Europe. De plus, avec près de 15 milliards $ de marchandises échangées en 2020, l’Espagne est le premier partenaire commercial du royaume chérifien.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.