Egypte : L’Union européenne (UE) va décaisser 80 millions d’euros au profit des garde-côtes égyptiens, pour tenter de freiner la hausse des migrants irréguliers qui tentent de rallier l’Europe par voie maritime
#Economie #Financement #Migrants #TransportMaritime #UnionEuropeenne #EGYPTE
Denys Bédarride
mardi 28 juin 2022 Dernière mise à jour le Mardi 28 Juin 2022 à 07:30

Les Etats membres de l’UE avaient déjà fourni des financements aux garde-côtes libyens et tunisiens. Ils souhaitent désormais étendre ce programme à l'ensemble des pays d'Afrique du Nord.  

L’Union européenne (UE) va décaisser une enveloppe de 80 millions d’euros (84,2 millions de dollars) au profit des garde-côtes égyptiens, pour tenter de freiner la hausse des flux de migrants irréguliers qui tentent de rallier l’Europe par voie maritime, a rapporté le site d’information EUobserver le vendredi 17 juin, citant un document interne de la Commission européenne.

Selon ce document, plus de 3500 Egyptiens ont tenté de rejoindre clandestinement les côtes italiennes depuis début 2022, alors que le nombre de traversées a quadruplé par rapport à la même période en 2021.

L’enveloppe devrait être versée sur deux tranches : 23 millions d’euros financeront « l’acquisition d’équipements de surveillance des frontières maritimes » de l’Egypte et 57 millions d’euros seront affectés à « d’autres besoins », d’après EUobsever qui se concentre principalement sur la politique des institutions de l’UE.

Les Etats membres de l’Union avaient déjà fourni des fonds importants aux garde-côtes libyens et tunisiens au cours des dernières années. Ils souhaitent désormais étendre ce programme à l’ensemble des pays d’Afrique du Nord pour tenter de réduire les futurs flux migratoires vers l’Europe.

Lors d’un sommet tenu début juin à Venise, en Italie, les ministres de cinq pays européens en première ligne dans l’accueil des migrants, réunis dans un groupe informel baptisé « Med5 » (Italie, Espagne, Grèce, Chypre et Malte), s’étaient alarmés du risque d’une arrivée massive de migrants en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient, en raison notamment de la crise alimentaire consécutive au conflit russo-ukrainien. 

Ces pays qui ont dit s’attendre à accueillir plus de 150 000 migrants irréguliers en 2022, avaient aussi jugé « insuffisante » la solidarité entre le Club des 27 proposée dans le nouveau « Pacte sur la migration et l’asile » de la Commission européenne. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.