La Libye envisage de poursuivre le développement des champs pétrolifères d’Al-Mabrouk et d’Al-Sharara grâce à l’expertise du groupe norvégien Equinor
#Economie #Exportation #Petrole #Production #LIBYE
Denys Bédarride
jeudi 28 juillet 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 28 Juillet 2022 à 07:00

Le nouveau président de la NOC Farhat Bengdara qui a succédé à Mustapha Sanalla, démis de ses fonctions a levé l’état de force majeure sur les champs d’exploitation pétrolière et gazière. Tous les champs et les ports reprendraient la production et l’exportation cette semaine.

La NOC a ainsi déclaré le 18 juillet qu’après environ trois mois de perturbations, tous les champs et les ports reprendraient la production et l’exportation cette semaine. La levée des obstructions pourrait rétablir une production en hydrocarbure estimée à 850 000 barils par jour au cours des prochaines semaines. 

En ce sens, la compagnie pétrolière et gazière Mellitah a déclaré avoir repris le 19 juillet ses activités sur le champ pétrolifère d’El Feel ce qui a permis de rétablir le fonctionnement de plusieurs unités de production d’électricité. Par ailleurs, la compagnie a déclaré que le niveau de production a pour le moment atteint une moyenne de 40 000 barils par jour (bpj) et qu’il augmenterait une fois que tous les puits seront ouverts.

Libye : Sa production de pétrole brut est passée de 700 000 à 900 000 barils par jour suite à l’achèvement des travaux de maintenance d’un oléoduc qui avait été mis hors service

Le nouveau président de la NOC a exposé sa vision des défis futurs de l’entreprise publique 

Le nouveau président de la National Oil Corporation, Farhat Bengdara, a exposé dans son premier discours sa vision des enjeux actuels auxquels est confrontée la NOC. 

Le dirigeant a déclaré qu’à l’avenir le financement de la NOC ne proviendra pas nécessairement du budget de l’État. En effet, F. Bengdara a souligné que l’entreprise nationale pourrait émettre des obligations ou réaliser des emprunts auprès d’institutions internationales et/ou des partenaires internationaux. 

D’autres pistes alternatives ont été évoquées telles que des investissements issus du secteur privé libyen. Toutefois, Farhat Bengdara a révélé que le plus grand défi auquel est confronté la NOC est l’instabilité politique dans le pays. Le président a ainsi déclaré qu’il s’efforcerait de garder l’entreprise loin des querelles politiques en faisant preuve de transparence dans la gestion des revenus.

Source : Ambassade de France en Tunisie

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.