Jean-Marc Ayrault à Alger pour renouveler un message « d’amitié »
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Politique #ALGERIE
Alexandre Techer
mercredi 30 mars 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 30 Mars 2016 à 12:38

La prochaine réunion du Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français (CIHN) prévue pour les 9 et 10 avril à l’occasion de la visite de Manuel Valls en Algérie sera l’occasion pour les deux pays de signer plusieurs accords. Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Marc Ayrault était sur place pour les préparer.

Après le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll qui était à Alger jeudi dernier (voir notre article), c’est au tour de son collègue des Affaires étrangères et du developpement international, Jean-Marc Ayrault, de lui emboiter le pas en foulant hier la terre algérienne.

Deux visites en moins d’une semaine qui attestent, si besoin est, du réchauffement exceptionnel des relations entre les deux pays depuis l’arrivée de François Hollande à l’Elysée. De part et d’autre de la Méditerranée, on ne rate aucune occasion pour louer les vertus d’un partenariat d’exception décidé par les chefs d’Etats des deux pays.

Partenariat d’exception, le maitre mot

Et le chef de la diplomatie française n’a pas dérogé à cette règle en déclarant que « l’Algérie et la France sont liés par un partenariat d’exception ». « C’est avant tout une visite d’amitié que j’effectue en Algérie (…) C’est aussi l’occasion de rappeler que ce qui nous unit désormais est un partenariat d’exception qu’il nous appartient de faire vivre les uns et les autres. C’est à cela que nous allons travailler dans le cadre du Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français (CIHN) », a-t-il affirmé.

Plus tard, à l’occasion d’une conférence de presse animée avec son homologue algérien Ramtane Lamamra, l’ancien Premier ministre français est revenu à la charge en assurant être en Algérie pour « renouveler un message  d’amitié  et d’une coopération de plus en plus étroite et confiante dans le cadre du partenariat d’exception, décidé par les présidents François Hollande et Abdelaziz Bouteflika et qui nous appartient de mettre en œuvre ».

Des décisions à la pelle prises prochainement

Selon lui, la prochaine réunion du Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français (CIHN) qui sera tenue les 9 et 10 avril à l’occasion de la visite de Manuel Valls (voir notre article), planchera sur nombre de sujets économiques dont le rôle le rôle des groupes français comme PSA Peugeot Citroën, Renault et Alstom qui ont lancé des projets en Algérie.

Et M.Ayrault d’émettre le vœu : l’annonce à l’occasion de cette réunion d’importantes décisions qui, à ses yeux, seront « à la fois utiles pour l’Algérie et la France, puisqu’il s’agit d’une véritable coopération économique ». D’ores et déjà, il livre quelques pistes en assurant que des accords en matière de santé et d’éducation seront aussi signés.

Une fois le constat du réchauffement de la relation algéro-française dressé, le patron de la diplomatie française estime que les deux pays peuvent encore faire mieux. « Nous pouvons parfaitement amplifier notre coopération mutuelle, au moment où l’Algérie est engagée dans un processus important de diversification de son économie. C’est dans ce sens qu’il faut aller et c’est dans ce sens que nous allons depuis plusieurs années », a-t-il dit.

Bien évidemment, des sujets politiques comme le terrorisme et l’islamophobie sont aussi abordés par le ministre français des affaires étrangères.

Crédits photos : Ambassade de France à Alger

A lire également :

Algérie, un partenariat privilégié avec la France

Tlemcen et Montpellier, un partenariat méditerranéen fructueux

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *