Palestine : EU releases 23 million euros to pay salaries of health and education workers.
#Decideurs #Economie #Education #Finance #Politique #Sante #ISRAEL #PALESTINE
Denys Bédarride
jeudi 6 août 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 6 Août 2020 à 08:26

L’Autorité Palestinienne a annoncé ne pouvoir payer qu’une partie des salaires des fonctionnaires. Bruxelles a dégagé une subvention de 23 millions d’euros qui permettra de payer partiellement les salaires de juin de 43 000 fonctionnaires, en priorité ceux du secteur médical et éducatif.

L’impact de cette défaillance des salaires est notable car les rémunérations des employés d’Etat constituent à elles seules 20% du PIB palestinien.

Dans le détail, les fonctionnaires rémunérés 1750 shekels ou moins recevront l’intégralité de leur salaire. Au-delà de ce seuil, ils percevront au maximum 50% de leur traitement, mais pas moins de 1750 shekels.

Comme partout ailleurs, la crise du coronavirus a mis à mal l’économie palestinienne, mais à ce facteur général s’est ajouté la décision de l’Autorité palestinienne de refuser depuis mai les revenus fiscaux collectés par Israël en son nom, ceci afin de protester contre les annexions programmées en Cisjordanie.

D’autre part, l’AP est le plus grand employeur de Cisjordanie et cette décision est lourde de conséquences, notamment pour les forces de police qui ne reçoivent déjà qu’une partie de leur traitement. Or le premier ministre Mohammad Shtayyeh a confirmé le 28 juillet qu’il continuerait de rejeter les revenus des impôts israéliens.

Sachant que ces impôts représentent une large part du budget de l’Autorité Palestinienne, ils sont encore plus importants depuis la crise du COVID-19, qui a vu de nombreuses entreprises fermées et des Palestiniens confinés et au chômage. La situation mondiale a également provoqué une réduction des donations de l’étranger, chaque pays se concentrant en priorité sur la gestion de son territoire propre.

Pour rappel, le pays recevait 205 millions de dollars en recettes douanières avec des dépenses de 244,5 millions pour les fonctionnaires, retraités et familles des Palestiniens condamnés pour terrorisme en Israël.

La seule bouée de sauvetage à l’heure actuelle est l’aide des organismes internationaux, en premier lieu l’Union Européenne qui a aidé le pays à plusieurs reprises et constitue le principal donateur. Ainsi l’Union a octroyé 2,8 milliards d’euros d’aides directes depuis 2008 et 1,1 milliards en collaboration avec l’ONU entre 2017 et 2020.

Rappelons également que la Palestine avait bénéficié au mois de mai de 95 millions de dollars d’aides internationales cumulées.

Au final, la situation ne semble pas sur le point de s’améliorer à l’heure actuelle et les aides ponctuelles ne servent qu’à gérer au coup par coup les crises frappant une population appauvrie et au futur incertain alors qu’elle devrait préparer dans la liesse l’ Aïd El-Kebir.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *