Egypte : La situation commerciale s’améliore mais c’est sans compter le Covid-19
#AnalyseEconomique #Covid19 #Dette #Economie #Hydrocarbures #Investissement #Tourisme #EGYPTE
Denys Bédarride
vendredi 7 août 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 7 Août 2020 à 14:15

D’après les chiffres publiés par la Banque Centrale, le déficit courant a été ramené de 9,8 mds$ soit 3,2% du PIB au cours des neuf premiers mois de l’année fiscale 2018/2019 à 7,3 mds$ (soit 2,2% du PIB) au cours de l’année fiscale 2019/2020 (juillet 2019-mars 2020), soit avant que la crise du Covid 19 ne fasse sentir ses effets.

De son côté, l’excédent de la balance des paiements est passé de 351,2 M$ à 5,1 mds$ dans le même temps.

Le déficit commercial a été ramené de 29,7 mds$ (soit 9,8% du PIB) à 28,1 mds$ (soit 8,6% du PIB). Le déficit énergétique est passé de 294,3 M$ à 773,3 M$, le montant des exportations d’hydrocarbures (-14% à 7,3 mds$) ayant diminué plus rapidement que celui des importations (-8% à 8,1 mds$). 

Le montant des exportations hors-hydrocarbures a augmenté de 10% à 13,6 mds$ tandis que celui des importations hors-hydrocarbures a diminué de 2% à 40,9 mds$.

Le montant des recettes issues de l’exploitation du Canal de Suez est passé de 4,3 mds$ à 4,5 mds$, soit une augmentation supérieure à 4%.

Les recettes touristiques sont passées de 9,4 mds$ à 9,6 mds$, soit une augmentation de voisine de 2%.

Les transferts d’expatriés (remittances) sont passées de 18,2 mds$ à 21,5 mds$, soit une augmentation de 18%.

Les flux nets d’investissement directs ont été ramenés de 6,5 mds$ à 5,9 mds$. 

Le solde des flux d’investissements en portefeuille a été ramené d’un excédent de 1,1 mds$ à un déficit de 7,9 mds$.

Les Autorités égyptiennes ont annoncé les premiers résultats économiques pour l’année fiscale 2019/2020 qui s’est terminée en juin. 

Le taux de croissance en volume du PIB a été ramené de 5,6% en 2018/2019 à 3,8% en 2019/2020 contre 6% prévus initialement. Le déficit public a été ramené de 8,2% du PIB en 2018/2019 à 7,8% du PIB en 2019/2020.

L’excédent primaire a été ramené de 2% du PIB à 1,8% du PIB. Quant à la dette publique, elle a été ramenée de 90,4% du PIB à la fin du mois de juin 2019 à 86,1% du PIB à la fin du mois de juin 2020.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *