L’Algérie va organiser le référendum sur le changement de la Constitution le 1er novembre prochain
#BuzzNews #Decideurs #Politique #ALGERIE
Denys Bédarride
jeudi 3 septembre 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 3 Septembre 2020 à 17:12

Le processus enclenché depuis plusieurs mois par le président, Abdelmadjid Tebboune, vise à intégrer les changements réclamés par le Hirak en vue de créer une Constitution plus « consensuelle ».

L’Algérie va organiser un référendum constitutionnel le 1er novembre 2020. C’est ce qu’a annoncé le 24 août, un communiqué de la présidence de la République.

« Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a reçu ce jour, Mohamed Chorfi, président de l’Autorité nationale indépendante des élections qui lui a présenté un exposé sur les préparatifs en cours pour l’organisation des échéances électorales programmées, à commencer par le référendum sur le projet de révision de la Constitution […] Au cours de cette rencontre et à la lumière des consultations du président de la République avec les parties concernées, il a été décidé de fixer la date du 1er novembre 2020 pour la tenue du référendum sur le projet de révision de la Constitution », a indiqué la déclaration relayée par l’APS.

Il s’agira de l’aboutissement du processus de révision de la Constitution entamé depuis plusieurs mois par le gouvernement du président Abdelmadjid Tebboune. Celui-ci a en effet lancé une opération de « collecte des propositions » dans le but d’élaborer une nouvelle « Constitution consensuelle ».

Depuis le départ forcé de l’ancien président, Abdelaziz Bouteflika, en avril 2019 la population algérienne réclame des changements structurels dans le fonctionnement de l’Etat et ses rapports avec le peuple. Pour le président Tebboune, c’est l’occasion de rassembler les Algériens derrière un projet majeur allant dans le sens des demandes du Hirak, lui qui avait été contesté par la rue dès son élection en octobre 2019.

« Le changement revendiqué par le Hirak populaire est certes un changement pacifique, mais radical qui passe par la Constitution, le socle de l’Etat », a-t-il déclaré il y a plusieurs jours. Et d’ajouter : « le changement ne doit pas s’opérer au sein des bureaux ou être l’apanage d’un certain groupe, mais doit émaner du peuple qui aura le dernier mot et toute la liberté de valider ou de refuser la mouture de l’avant-projet de révision de la Constitution ».

Notons que la date du 1er novembre 2020 coïncide avec le 66e anniversaire du début de la guerre d’indépendance contre la France, un événement historique important pour tous les Algériens.

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *