La France appelle à des positions « fermes »  contre la Turquie
#Decideurs #Diplomatie #EchangesMediterraneens #France #TURQUIE
Denys Bédarride
vendredi 11 septembre 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 11 Septembre 2020 à 09:36

Le président français Emmanuel Macron a appelé l’Europe à adopter des positions « fermes » contre la Turquie, l’accusant d’avoir des « comportements inacceptables », au cours d’un discours prononcé depuis la Corse.

Dans une logorrhée, le chef de l’Etat a tour à tour cité le conflit en Méditerranée orientale, la position Turque en Libye, les forages en Méditerranée, soulignant qu’elle ne partage de frontières ou de territoires avec aucun des pays mentionnés.

Emmanuel Macron affirme que la Turquie « multiplie les provocations dans des termes qui ne sont pas dignes d’un grand État ».

« Nous devons, nous Européens, être clairs et fermes » a-t-il plaidé, pointant du doigts ce qu’il qualifie de « comportements inacceptables ».

Emmanuel Macron a aussi par la suite réaffirmé son « souhait profond de réengager un dialogue fécond avec la Turquie ».

En, réaction à ces propos, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a répliqué : 
« Au lieu de faire l’avocat de la Grèce et de l’administration chypriote-grecque, qui prennent en otage l’UE pour leurs seuls intérêts, la France devrait plutôt faire le choix de la négociation et du dialogue. C’est ce que l’on attend d’un membre de l’UE et d’un allié de l’OTAN ».

Les propos du président français intervenaient au mini-sommet Med7 tenu ce 10 septembre en Corse, réunissant certains pays riverains de la Méditerranée et membres de l’Union Européenne, à savoir, la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce, l’Administration de Chypre-sud et Malte.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *