Maroc : La Méridionale lance un service maritime Marseille-Tanger
#Economie #Transport #TransportMaritime #EchangesMediterraneens #France #MAROC #Marseille #Tanger
Denys Bédarride
mercredi 16 septembre 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 16 Septembre 2020 à 17:33

A l’automne 2020, La Méridionale ouvrira une ligne mixte, fret et passagers, entre Tanger et Marseille à raison de trois rotations hebdomadaires. Le marché historique de la Corse étant devenu trop concurrentiel et en perte de vitesse, la filiale de Stef se lance ainsi à l’international espérant proposer enfin une alternative à Sète pour se rendre au Maroc.

A l’étude depuis de longs mois au sein des services de la Méridionale, la ligne Marseille-Tanger va devenir une réalité à compter d’octobre 2020. La filiale du groupe de transport frigorifique STEF, propriétaire de quatre navires dont deux sur les ports secondaires corses, va positionner le « Girolata », en fin d’affrètement à GNV, et le cargo-mixte « Pelagos » acheté 30,6 millions d’euros à la compagnie DFDS. 

Stationné momentanément dans le port du Havre pour subir une intervention sur son réseau électrique, il devrait mettre le cap sur Marseille dans quelques jours.  Construit en 1997 par les chantiers italiens Visentini, le « Pelagos » mesure 186 m de long pour 25,6 de large, pour un linéaire de 2 460 mètres pour les véhicules et les remorques et une capacité de 350 passagers. 

Ces deux navires effectueront trois escales dans chaque port par semaine avec une capacité de 300 à 400 passagers et 100 à 120 remorques par voyage. Depuis plusieurs années maintenant, le grand port maritime de Marseille, soutenu par les élus locaux de part et d’autre de la Méditerranée, entend favoriser l’émergence d’une ligne maritime sur le Maroc. Aujourd’hui à l’international, la desserte de la Cité phocéenne se cantonne à l’Algérie et aux ports tunisiens. Jusqu’à présent, seul le port de Sète permet de gagner le Maroc par la mer. 

A Marseille, CMA CGM avait pourtant ouvert une brèche en 2017 avec son service exclusivement roulier « Morocco Express » qu’elle a dû stopper faut de marchandises à transporter, les transporteurs routiers n’ayant pas joué le jeu du report modal. 

N.B.C

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *